Je veux tout savoir

Bard (Union soviétique)

Pin
Send
Share
Send


Le terme barde (бард) fait référence aux poètes populaires qui mettent leurs vers en chanson. Il est venu à être utilisé en Union soviétique au début des années 1960 (et continue d'être utilisé en Russie aujourd'hui) pour les chanteurs-compositeurs qui ont écrit des chansons en dehors de l'establishment politique et musical soviétique. La poésie Bard diffère des autres poèmes principalement par le fait qu'elle est chantée avec une mélodie de guitare simple au lieu d'être parlée. Une autre différence est que cette forme de poésie se concentre moins sur le style que sur le sens. Moins de dispositifs stylistiques sont utilisés, et la poésie prend souvent la forme de récits. Ce qui sépare la poésie barde des autres chansons, c'est le fait que la musique est beaucoup moins importante que les paroles; les progressions d'accords sont souvent très simples et ont tendance à se répéter d'une chanson de barde à l'autre. Une différence beaucoup plus évidente était la nature sans publicité du genre: les chansons étaient écrites pour être chantées et non pour être vendues.

Du point de vue stylistique, le précurseur des chants bardes était des «romans urbains» russes qui touchaient la vie commune et étaient populaires dans toutes les couches de la société russe de la fin du XIXe au début du XXe siècle. Ces romans étaient traditionnellement écrits dans une tonalité mineure et joués avec un accompagnement à la guitare. Leur popularité était basée à la fois sur les talents évidents des bardes, mais aussi sur les thèmes et les attitudes exprimés dans leurs chansons. Leur ton général était ironiquement satirique de la version officielle de la vie soviétique. Ils ont rejeté la doctrine du réalisme socialiste et de l'idéologie socialiste, exprimant un individualisme conscient de soi. Les bardes se produisaient souvent devant un large public, car la poésie était la seule forme d'expression qui échappait le plus à la censure.

Poésie barde

La poésie barde peut être grossièrement classée en deux courants principaux: chanson touristique et chanson politique, bien que certains autres sous-genres puissent être reconnus, tels que chanson hors la loi (blatnaya pesnya) et chanson de pirate.

Initialement, le terme "barde" était utilisé par les fans de la chanson touristique, et à l'extérieur du cercle était souvent perçu dans un sens ironique. Cependant, il fallait un terme pour distinguer ce style de chanson du type traditionnel de chanson de concert, et le terme est finalement resté.

De nombreux bardes ont interprété leurs chansons en petits groupes de personnes à l'aide d'une guitare russe (sept cordes); rarement, voire jamais, ils seraient accompagnés par d'autres musiciens ou chanteurs. Ceux qui deviendraient populaires pourraient tenir de modestes concerts. Les bardes étaient rarement autorisés à enregistrer leur musique, étant donné la nature politique de nombreuses chansons. En conséquence, les airs de barde ont généralement fait leur chemin via la copie d'enregistrements amateurs (connus sous le nom de magnitizdat) réalisés lors de concerts, en particulier les chansons à caractère politique.

Types de chansons

Chanson touristique

Pendant l'ère Brejnev de stagnation dans l'histoire de l'Union soviétique, le camping, en particulier ses formes extrêmes telles que l'alpinisme, le kayak / canoë et le canyoning, est devenu une forme d'évasion pour les jeunes, qui estimaient que ces occupations étaient les seuls moyens de vie dans laquelle des valeurs telles que le courage, l'amitié, le risque, la confiance, la coopération et le soutien mutuel étaient toujours importantes.

Un sous-genre notable de la chanson touristique était le Chant de mer. Comme pour les autres chansons touristiques, le but était de chanter des gens dans des conditions difficiles où de vrais conflits physiques et émotionnels apparaissent. Vladimir Vysotsky avait plusieurs chansons de ce genre car son style leur convenait parfaitement. Beaucoup de chansons d'Alexander Gorodnitsky parlent de la mer puisqu'il a en fait eu l'occasion de vivre la vie en mer. Alors que certaines chansons parlaient simplement de marins, d'autres parlaient de pirates. Avec les romantiques de Brigantine de Pavel Kogan, les chansons des pirates sont toujours populaires lors des concerts de la "chanson d'auteur". Presque chaque barde a au moins une chanson avec ce motif dedans.

Ce type de poésie barde était toléré par les pouvoirs, et il vivait sous la définition de chanson d'auteur (avtorskaya pesnya), c'est-à-dire des chansons chantées principalement par les auteurs eux-mêmes, par opposition à celles chantées par des chanteurs professionnels (bien que les professionnels aient souvent "emprunté" des chansons d'auteur à succès pour leur répertoire). Un autre nom de ce genre était "chanson amateur" (samodeyatelnaya pesnya, littéralement traduit par "chanson à faire soi-même" ou "chanson autodidacte"). Ce terme reflète le phénomène culturel de l'Union soviétique appelé «arts du spectacle amateurs» ou khudozhestvennaya samodeyatelnost. C'était une occupation répandue et souvent fortement subventionnée du peuple soviétique pendant ses temps libres. Chaque grande entreprise industrielle et chaque kolkhoze (ferme collective) avait un palais de la culture ou au moins un Maison de la culture pour les artistes amateurs de pratiquer et de jouer.

Beaucoup d’entre eux, ainsi que de nombreuses universités, Clubs de chanson amateur ("Klub samodeyatelnoy pesni," ou KSP), qui étaient en fait des clubs de chants de barde et qui se démarquaient complètement du courant soviétique "samodeyatelnost" ". Beaucoup des meilleures chansons touristiques ont été composées par Yuri Vizbor qui a participé et chanté sur tous les sports décrits ci-dessus, et Alexander Gorodnitsky qui a passé beaucoup de temps à naviguer autour de la Terre sur un navire et dans des expéditions scientifiques dans le Grand Nord.

Chanson politique

Des chansons de ce genre ont exprimé leur protestation contre le mode de vie soviétique. Leurs genres variaient, allant de ceux profondément politiques, "antisoviétiques", parfaitement adaptés à l'infâme article 58 (Code pénal RSFSR (ou autre)), à une satire pleine d'esprit dans les meilleures traditions d'Esope. Certaines chansons de Bulat Okudzhava en parlent. thèmes.

Vladimir Vysotsky était perçu comme un auteur-compositeur politique, mais plus tard, il a progressivement fait son chemin dans une culture de masse plus traditionnelle. Ce n'était pas le cas avec Alexander Galich, qui a été forcé d'émigrer. Posséder une cassette avec ses chansons pourrait signifier une peine de prison pendant la période soviétique. Avant l'émigration, il a souffert de la persécution du KGB, ainsi que d'un autre barde, Yuliy Kim. D'autres, comme Evgeny Kliachkin et Aleksander Dolsky, ont équilibré entre être carrément antisoviétique et tout simplement romantique. Étant donné que la plupart des chansons des bardes n'ont jamais été autorisées par la censure soviétique, la plupart d'entre elles, bien qu'innocentes, ont été considérées comme antisoviétiques.

Paradoxalement, les «chansons» des pièces pro-communistes de Bertolt Brecht, censées critiquer le fascisme et la société capitaliste et donc acclamées par les Soviétiques, pouvaient être lues comme aussi parfaitement adaptées à l'article 58, et étaient donc populaires parmi les bardes sous le nom de zongs (Prononciation allemande du mot 'Song'). Ci-dessous est une citation d'un «zong», traduit d'une version russe:

Les béliers marchent en rangées.
Les tambours claquent.
La peau de ces tambours
Appartient aux béliers.

L'allusion la plus évidente est aux «manifestations pacifiques» soviétiques, qui ont lieu plusieurs fois par an dans toute l'Union soviétique, mais ce n'est que la référence la plus immédiate. Il s'agit d'une condamnation accablante d'un système qui oppose ses citoyens les uns aux autres.

Chanson hors la loi

Ces chansons sont nées bien avant l'apparition des bardes en Union soviétique. Leur origine remonte à la première décennie du XXe siècle. Bien qu'elles ne diffèrent pas beaucoup dans le style des autres chansons de barde, ces chansons hors-la-loi peuvent être comparées dans leur contenu au rap moderne: glorification du crime et romance urbaine. Ces chansons reflétaient l'éclatement de la structure et des règles de l'ancienne société russe. À cette époque, même ces chansons antisoviétiques étaient légales.

Après les années 1930, de nouvelles chansons de hors-la-loi ont émergé des Goulags. Beaucoup de ces chansons concernaient des innocents envoyés dans des camps de travail plutôt que de vrais criminels. Certaines chansons ont en fait été composées dans les camps tandis que d'autres s'en sont inspirées, mais le résultat a été les mêmes chansons honnêtes sur les victimes dans des conditions difficiles.

Pendant les années de dégel de Khrouchtchev, beaucoup ont été libérés des camps et avec eux sont venus leurs chansons. Des bardes comme Alexander Gorodnitsky ont appris ces chansons anonymes et ont commencé à les chanter. À ce stade, les chansons ont acquis une signification plus symbolique de la lutte contre l'oppression. Des bardes comme Alexander Rosenbaum ont également écrit de nombreuses chansons humoristiques sur la mafia juive à Odessa. Beaucoup de ces chansons ont été inspirées par des auteurs comme Isaac Babel.

D'autres chansons

Encore plus courantes que les chansons touristiques étaient des chansons sur la vie (généralement la vie en Union soviétique). Presque chaque barde a écrit une quantité importante de chansons sur ces thèmes. Le cadre est très fréquemment urbain, souvent dans les grandes villes comme Moscou (en particulier l'Arbat, une section commerciale et touristique de la ville). Certaines chansons de ce type, comme celles de Yuri Vizbor et Vladimir Vysotsky, utilisaient un langage simple et honnête pour illustrer la vie. D'autres bardes, comme Bulat Okudzhava, ont adopté une approche plus symbolique et ont exprimé leur point de vue sur la vie à travers des métaphores et un symbolisme étendus.

Un autre type de chansons qui est apparu en Russie bien avant les bardes était le Chanson de guerre. Beaucoup des bardes les plus célèbres avaient de nombreuses chansons sur la guerre, en particulier La Grande Guerre patriotique. Les raisons de chanter des chansons sur la guerre diffèrent d'un barde à l'autre. Okudzhava, qui a réellement combattu pendant la guerre, a utilisé son style triste et émotionnel pour illustrer la futilité de la guerre dans des chansons telles que "The Paper Soldier" ("Бумажный Солдат"). Vladimir Vysotsky a écrit des chansons sur la guerre simplement parce qu'elles fournissaient ce cadre extrême dans lequel l'honneur et la force émotionnelle sont nécessaires et le vrai caractère d'un homme se révèle. Les chansons de guerre de Vysotsky ont été saluées par les vétérans pour leur succès dans la représentation de la guerre, malgré le fait que le poète n'a en fait jamais servi dans l'armée. Yuri Vizbor a écrit des chansons de guerre dans lesquelles pas la guerre, mais les personnes impliquées étaient l'élément le plus important. Dans ces chansons, la guerre elle-même se produisait souvent en arrière-plan tandis que la chanson réelle était dans le style de la chanson touristique, en mettant l'accent sur la nature et les émotions humaines.

Certains bardes ont également écrit des chansons pour enfants pour divers festivals et pièces de théâtre. Les poètes ont choisi d'écrire ces chansons de la même manière que leurs autres chansons. Cela a abouti à des chansons qui, bien que destinées aux enfants, étaient appréciées des adultes aussi bien que des enfants.

Bardes célèbres de l'époque soviétique

  • Vladimir Vysotsky
  • Victor Berkovsky
  • Alexander Dolsky
  • Alexander Galich
  • Alexander Gorodnitsky
  • Alexander Gradsky
  • Evgeny Kliachkin
  • Yuliy Kim
  • Yuri Kukin
  • Novella Matveyeva
  • Sergey Nikitin
  • Tatyana Nikitina
  • Bulat Okudzhava
  • Alexander Rosenbaum
  • Yuri Vizbor

Les références

  • Aptekman, Marina. 2002. "L'histoire russe moderne dans le miroir de la chanson criminelle" Johnson's Russia List. Université Brown. Récupéré le 29 novembre 2007.
  • Malina, Alex. 2002. Les coups de pied littéraires soviétiques souterrains. Récupéré le 29 novembre 2007.
  • Terras, Victor. Une histoire de la littérature russe. Yale University Press, 1991. ISBN 0300059345

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 12 mai 2016.

  • Bards.ru - informations, images, paroles et son.
  • Chanson de l'auteur
  • Ed Prizant - Modern day Bard par un musicien basé à Chicago.

Pin
Send
Share
Send