Je veux tout savoir

Raton laveur

Pin
Send
Share
Send


Raton laveur (parfois raton laveur) est le nom commun de l'un des mammifères du Nouveau Monde comprenant le genre Procyon de la famille des carnivores Procyonidae, et en particulier est associé au raton laveur commun, P. lotor. Les membres des trois espèces existantes du Procyon le genre se caractérise par un masque noir sur le visage, un corps robuste, une queue touffue avec des anneaux, des pieds postérieurs plantigrades, des griffes non rétractiles et une nature nocturne omnivore. Le terme raton laveur est également utilisé parfois comme terme collectif pour tous les membres de la famille des Procyonidae (la "famille des ratons laveurs"), qui comprend les coati, les kinkajous et d'autres, bien que procyonidés soit un terme plus distinct.

Le «raton laveur commun» P. lotor, également connu sous le nom de «raton laveur», est l'espèce la plus répandue, avec une aire de répartition naturelle du sud du Canada au Panama. Il a également été introduit en Europe continentale. Le «raton laveur mangeur de crabe» tropical P. cancrivorus, s'étend du Costa Rica à la plupart des régions d'Amérique du Sud à l'est des Andes jusqu'au nord de l'Argentine et de l'Uruguay. Une espèce beaucoup plus rare, le «raton laveur Cozumel» P. pygmaeus, est originaire de l'île de Cozumel au large de la côte atlantique du Yucatan.

Les ratons laveurs ont la réputation d'être intelligents et espiègles et leurs mains habiles, élancées et humaines leur permettent d'ouvrir de nombreux conteneurs fermés (tels que des poubelles et des portes). L'intelligence et l'adaptabilité du raton laveur commun l'ont équipé pour survivre dans un large éventail d'environnements et il est l'un des rares animaux de taille moyenne à grande qui a élargi son aire de répartition depuis le début de l'empiètement humain (un autre est le coyote) . Ils se sont facilement adaptés aux environnements urbains, à la récupération des poubelles et à d'autres sources de nourriture.

Les ratons laveurs fournissent des valeurs écologiques importantes et ajoutent également à la fascination humaine pour la nature. Important dans les chaînes alimentaires terrestres et, dans une certaine mesure, aquatiques, les ratons laveurs consomment une diversité d'insectes et d'autres invertébrés (comme les écrevisses, les crabes et les homards), certains vertébrés (comme les grenouilles, les rongeurs, les poissons et les œufs d'oiseaux et de tortues) , ainsi que la matière végétale (fruits, noix), tout en étant consommée par les coyotes, les grands rapaces (faucons, hiboux) et les jeunes par les serpents. Dans un tel rôle, les ratons laveurs aident à maintenir l'équilibre des populations de proies et fournissent de la nourriture à d'autres animaux. Pour les humains, ils ont été utilisés pour les peaux, pour la nourriture et parfois, même s'ils ne sont pas domestiqués, ils sont même élevés comme animaux de compagnie. Cependant, ils peuvent également être considérés comme de la vermine ou une nuisance. Ils peuvent endommager les cultures, les poulaillers, les vergers et les vignobles, et peuvent transmettre des maladies et des parasites aux humains et aux animaux domestiques.

Genre Procyon

Procyon, l'unité taxonomique dans laquelle sont placés les ratons laveurs, est un genre de la famille des mammifères Procyonidae et de l'ordre des Carnivora. En tant que membres de la famille des Procyonidae et de la sous-famille des Procyoninae, les ratons laveurs sont placés avec des coatis (comprenant le genre Nasua), mountain coatis (genre Nasuella), et les anneaux et les cacomistles (genre Bassariscus).

Les ratons laveurs existants ont un corps robuste, des pattes courtes, de longs chiffres avec des griffes non rétractiles, un masque noir sur le visage qui traverse les yeux, un museau pointu et ils ont une queue touffue avec des anneaux noirs. Les pattes arrière du raton laveur ont été décrites comme étant plantigrades (avec des semelles touchant le sol), similaires à celles des humains et des ours, et toute leur semelle est au sol en position debout, bien qu'elles puissent également être décrites comme semi-plantigrades car elles se déplacent parfois avec leurs talons sur le sol. Les ratons laveurs sont inhabituels en ce que leurs pouces (bien qu'ils ne soient pas opposables) et leurs mains semblables à des humains leur donnent beaucoup de dextérité, leur permettant d'ouvrir de nombreux conteneurs fermés.

Bien qu'il y ait une certaine variation selon les espèces en question, les ratons laveurs mesurent de 20 à 40 pouces (51 à 100 cm) de longueur (y compris la queue) et pèsent entre 10 et 35 livres (4,5 et 16 kg). La queue du raton laveur varie de 8 à 16 pouces (20 à 41 cm) de longueur. Les ratons laveurs mâles sont généralement plus gros que les femelles. Un bébé raton laveur s'appelle un kit.

Espèce

Crâne d'un raton laveur commun, montrant la dentition

Il existe trois espèces de ratons laveurs.

Procyon lotor est l’espèce la plus connue et est connue sous le nom de «raton laveur commun», le raton laveur nord-américain, le raton laveur du Nord, ou même simplement «le raton laveur», car les deux autres espèces de ratons laveurs du genre ne sont originaires que des tropiques et sont considérablement moins connue. Le raton laveur commun a une aire de répartition naturelle du sud du Canada au Panama et a été introduit en Europe continentale. Il a été connu de vivre dans la ville en plus de la nature.

P. cancrivorus, le «raton laveur mangeur de crabes» tropical, s'étend du Costa Rica à la plupart des régions d'Amérique du Sud à l'est des Andes jusqu'au nord de l'Argentine et de l'Uruguay.

P. pygmaeus, le «raton laveur de l'île de Cozumel» est une espèce beaucoup plus rare que les deux autres. Il est originaire de l'île de Cozumel au large de la côte atlantique du Yucatan.

La troisième édition de D. E. Wilson et D. M. Reeder Espèces de mammifères du monde: une référence taxonomique et géographique (2005) énumèrent les trois espèces ci-dessus comme les seules espèces existantes distinctes du genre Procyon.1 Certains ratons laveurs autrefois considérés comme des espèces distinctes sont désormais considérés comme les mêmes ou les sous-espèces du raton laveur commun, y compris le raton laveur de la Barbade (P. gloveralleni), Le raton laveur de Nassau (P. maynardi), Raton laveur de Guadeloupe (P. minor) et le raton laveur Tres Marias (P. insularis).2 Procyon brachyurus Wiegmann, 1837 a été décrit à partir de spécimens captifs; son identité est indéterminable car les restes des deux animaux affectés à ce taxon ne peuvent plus être localisés et peuvent avoir été perdus.

Taxonomie et évolution

Des études génétiques ont montré que les plus proches parents du raton laveur sont les chats à queue annelée, les coatis et les cacomistles.3

Au cours des premières décennies après sa découverte par les membres de l'expédition de Christophe Colomb - la première personne à avoir laissé une trace écrite des ratons laveurs - les taxonomistes pensaient que le raton laveur était lié à des groupes taxonomiques tels que les chiens, les chats, les blaireaux et en particulier les ours.4 Carl Linnaeus, le père de la taxonomie moderne, a placé le raton laveur dans le genre Ursus, d'abord comme Ursus cauda elongata ("ours à longue queue") dans la deuxième édition de son Systema Naturae, puis comme Ursus lotor ("laveur d'ours") dans la dixième édition.45 En 1780, Gottlieb Conrad Christian Storr a placé le raton laveur dans son propre genre Procyon, qui peut être traduit par "avant le chien" ou "comme un chien".45 Il est également possible que Storr ait pensé à son mode de vie nocturne et ait choisi l'étoile Procyon comme éponyme pour l'espèce.64

Basé sur des preuves fossiles de France et d'Allemagne, les premiers membres connus de la famille Procyonidae vivait en Europe à la fin de l'Oligocène il y a environ 25 millions d'années.5 Des structures dentaires et crâniennes similaires suggèrent que les procyonides et les belettes partagent un ancêtre commun, mais l'analyse moléculaire indique une relation plus étroite entre les ratons laveurs et les ours.5 Après que les espèces alors existantes ont traversé le détroit de Béring au moins six millions d'années plus tard, le centre de sa distribution était probablement en Amérique centrale.5 Coatis (Nasua et Nasuella) et les ratons laveurs (Procyon) ont peut-être été considérés comme partageant la descendance commune d'une espèce du genre Paranasua il y a entre 5,2 et 6,0 millions d'années.5 Cette hypothèse, basée sur des comparaisons morphologiques, est en contradiction avec une analyse génétique de 2006 qui indique que les ratons laveurs sont plus étroitement liés aux anneaux.3

Contrairement à d'autres procyonidés, comme le raton laveur mangeur de crabe (Procyon cancrivorus), les ancêtres du raton laveur commun ont quitté les régions tropicales et subtropicales et ont migré plus au nord il y a environ 4 millions d'années, dans une migration qui a été confirmée par la découverte dans les grandes plaines de fossiles remontant au milieu du Pliocène.56

Étymologie

Le masque d'un raton laveur est souvent interrompu par une bande brun-noir qui s'étend du front au nez.7

Le mot «raton laveur» a été adopté en anglais à partir d'un terme Powhatan natif, tel qu'il est utilisé dans la colonie de Virginie. (Powhatan est un membre de la famille des langues amérindiennes algonquiennes.) Il a été enregistré sur la liste des mots Powhatan du capitaine John Smith comme aroughcun, et sur celle de William Strachey comme arathkone. Il a également été identifié comme une racine proto-algonquienne aroughcoune ("ahrah-koon-em"), ce qui signifie "celui qui se frotte, frotte et se gratte avec les mains".45 De même, les colons espagnols ont adopté le mot espagnol mapache du Nahuatl mapachitli des Aztèques, ce qui signifie "celui qui prend tout entre ses mains".4

Dans de nombreuses langues, le raton laveur est nommé en raison de son comportement d'arrosage caractéristique en conjonction avec le terme de cette langue pour «ours». Toutes les expressions suivantes signifient «laver l'ours»: Waschbär en allemand, mosómedve en hongrois, vaskebjørn en danois et norvégien, tvättbjörn en suédois, wasbeer en néerlandais, pesukarhu en finnois, araiguma (ア ラ イ グ マ) ​​en japonais, orsetto lavatore en italien, huànxióng (浣熊) en chinois, et mieshta mechka (миеща мечка) en bulgare.

En français et portugais (au Portugal), le comportement de lavage est combiné avec le terme de ces langues pour rat, donnant respectivement raton laveur et ratão-lavadeiro. Dans certains cas, le descripteur "lavage" n'est appliqué qu'aux espèces communes de raton laveur, comme avec le raton laveur. En revanche, le raton laveur crabier est un "petit rat attrapeur de crabe" (raton crabier) et «pré-chien mangeur de crabes» (Procyon cancrivore) en français et en latin, respectivement.

Une exception notable à l'association avec le plongeur est le russe, où le raton laveur est nommé yenot (енот) en raison de la similitude entre les fourrures de raton laveur et de genette. Cependant, le nom complet du raton laveur commun en russe est également «lié à l'eau»: il est appelé yenot-poloskun (енот-полоскун), ce qui signifie «rinçage du raton laveur».

L'abréviation familière nègre parfois utilisé pour le raton laveur commun est utilisé dans des mots comme coonskin pour les vêtements en fourrure et dans des phrases comme vieux coon comme auto-désignation des trappeurs.45 Cependant, la forme coupée est également utilisée comme une liaison ethnique.8

Raton laveur mangeur de crabe, Procyon cancrivorus

Gamme de ratons laveurs mangeurs de crabes
Raton laveur mangeur de crabe
dans le parc national Manuel Antonio, Costa Rica
État de conservation

Moins préoccupante

(UICN3.1) 9

Classification scientifique
Nom binomial
Procyon cancrivorus
(Cuvier, 1798)

le raton laveur crabier (Procyon cancrivorus) est originaire des zones marécageuses et de la jungle d'Amérique centrale et du Sud (y compris Trinité-et-Tobago). On le trouve du sud du Costa Rica à travers la plupart des régions d'Amérique du Sud à l'est des Andes jusqu'à l'est et l'ouest du Paraguay, le nord de l'Argentine et l'Uruguay.910 En Amérique centrale, l'aire de répartition du raton laveur crabier chevauche celle du raton laveur commun, P. lotor.

Le raton laveur mangeur de crabes ressemble à son cousin du nord, le raton laveur commun, avec une queue annelée touffue et un "masque de bandit" de fourrure autour de ses yeux. Le masque de P. cancrivorus se fane derrière les yeux, tandis que le masque de P. lotor s'étend presque jusqu'aux oreilles.10 Le raton laveur mangeur de crabe semble plus petit et plus profilé que le raton laveur commun en raison de son manque de sous-fourrure (une adaptation aux environnements plus chauds dans lesquels il se trouve), bien qu'il ait des dimensions à peu près similaires.10 Son pelage est moins grisonnant en apparence sur le dos que le pelage du raton laveur commun.10 La longueur du corps varie généralement de 54 à 65 centimètres (21 à 26 pouces) avec la queue à environ 25 à 38 cm (10 à 15 pouces) de la longueur totale; les poids varient généralement de 3 à 7 kg (6,5 à 15,5 lb).10 Les mâles sont généralement plus gros que les femelles.

Bien que P. cancrivorus est connu comme le raton laveur mangeur de crabes, cela ne signifie pas que seule cette espèce de raton laveur mange des crabes, ni même que son alimentation est principalement composée de crabes; le raton laveur commun et en particulier le raton laveur Cozumel chercheront et mangeront également des crabes là où ils sont disponibles, et P. cancrivorus a une alimentation omnivore variée avec des fruits comme partie principale de son alimentation.10 En plus des fruits et des crabes, le raton laveur crabier mange du homard et d'autres crustacés, de petits amphibiens, des œufs de tortue, des légumes et des noix.

Bien que le raton laveur mangeur de crabes se trouve dans une diversité d'habitats, y compris la forêt, il est particulièrement fréquent autour des zones avec des plans d'eau, tels que les marécages, les lacs et les lagunes; où sa gamme chevauche P. lotor, le raton laveur crabier se trouve principalement dans les terres entourant les rivières tandis que le raton laveur commun se trouve dans les marécages et les plages.10

Le raton laveur crabier est un solitaire nocturne. Il se reproduit une fois par an, avec des petits nés entre juillet et septembre. En règle générale, il y a trois à quatre chiots par portée. Les jeunes naissent les yeux fermés et sans dents; les yeux s'ouvrent après environ trois semaines et deviennent indépendants au bout de 8 mois environ.10

Raton laveur Cozumel, Procyon pygmaeus

Raton laveur Cozumel1
Raton laveur de l'île de Cozumel
État de conservation

Danger critique

(UICN) 11

Classification scientifique
Nom binomial
Procyon pygmaeus
(Merriam, 1901)
Gamme Cozumel Raccoon

le Raton laveur Cozumel (Procyon pygmaeus), également appelé raton laveur pygmée,12 est une espèce de raton laveur en danger critique d'extinction sur l'île de Cozumel au large de la côte de la péninsule du Yucatan, au Mexique.115 Cette espèce est également connue sous des noms communs tels que le raton laveur nain, le raton laveur de l'île Cozumel, le raton laveur Cozumel et l'ourson raton laveur Cozumel11.

Considéré comme en danger critique d'extinction selon la Liste rouge de l'UICN,11 il ne reste que 250 à 300 individus sur la planète.1113. Leur petite aire géographique rend la survie de cette espèce précaire: ils n'existent dans la nature qu'une petite île, l'île de Cozumel, au large de la côte est de la péninsule du Yucatan au Mexique.14.

Raton laveur Cozumel

Merriam a d'abord décrit le raton laveur Cozumel comme étant morphologiquement distinct de son parent continental, la sous-espèce commune de raton laveur Procyon lotor hernandezii, en 1901. Merriam a noté que le raton laveur Cozumel est nettement plus petit, à la fois extérieurement et crânialement, du raton laveur commun et est facile à distinguer du raton laveur commun en raison de sa "large bande de gorge noire et de sa queue jaune d'or, courte élargie en arrière et arrondie nasales et particularités des dents ".15 Depuis lors, d'autres scientifiques sont généralement d'accord avec l'évaluation de Merriam.122 Cuaron et al. rapportent que les recherches menées par de nombreux chercheurs différents concluent que le raton laveur Cozumel et le raton laveur commun sont des espèces distinctes.16 D'autres différences morphologiques signalées par Cuaron et al., En plus de la taille plus petite du corps et du crâne, incluent la large bande noire de la gorge, la queue jaune dorée et les dents réduites, et notent «que ces caractéristiques et d'autres indiquent une longue période d'isolement» 16. Goldman et Jackson notent également que ses dents réduites indiquent une longue période d'isolement.17

Le raton laveur Cozumel ne pèse en moyenne que 3 à 4 kilogrammes. Sa petite taille et sa taille de crâne lui ont valu le nom de «raton laveur pygmée». Une étude archéologique a montré que Maya de Cozumel utilisait des ratons laveurs de taille réduite, ce qui suggère que la réduction de la taille de ce raton laveur n'est pas un phénomène récent.18

Sur l'île, les ratons laveurs Cozumel n'existent que dans des habitats très spécifiques sous certaines conditions. Leurs habitats préférés se limitent aux forêts de mangroves et aux zones humides de la pointe nord-ouest de l'île 14. Dans ces peuplements de mangroves, ils ont tendance à préférer les sols sableux qui sont présents ici 16. Ils ont également été capturés lors d'études de population dans de petites parties des forêts semi-sempervirentes entourant ces habitats préférés.19 Nulle part ailleurs sur l'île, ils n'existent, entraînant une réduction de l'aire de répartition déjà limitée par un habitat spécifique.

La spécificité de l'habitat des ratons laveurs pygmées est en grande partie due au type d'aliments qu'ils consomment. Leur alimentation globale se compose de crabes, de fruits, de grenouilles, de lézards et d'insectes.14 Ils sont omnivores généralistes, mais les crabes constituent l'essentiel de leur alimentation. En fait, plus de 50% de leur alimentation est faite de crabes 14. Leur régime est quelque peu saisonnier.14 Pendant la saison humide, les fruits et la végétation sont plus abondants et deviennent une grande partie de l'alimentation des ratons laveurs. Puis, pendant la saison sèche, ils commencent à consommer davantage de crabes, d'insectes, de lézards, etc. Étant donné que les crabes constituent la majorité de la nourriture qu'ils mangent, cela pourrait être la raison pour laquelle leur distribution est si limitée. Ils restent près de l'eau où les crabes sont abondants.

Les ratons laveurs vivent dans des densités d'environ 17 à 27 individus par kilomètre carré 19. McFadden et al. ont présenté des données suggérant que la taille totale du domaine vital des ratons laveurs est d'environ 0,65 ± 0,26 km2 19. Il n'y a pas beaucoup de preuves suggérant que les individus défendent des territoires dans une large mesure.

Les carnivores des îles au sommet de la chaîne alimentaire disparaissent souvent peu de temps après l'arrivée des humains.20 Le principal danger pour le raton laveur pygmée est le développement de Cozumel en raison de l'industrie du tourisme 21. Parce que les ratons laveurs ne sont situés que dans une petite zone côtière au coin nord-ouest de l'île - une zone convoitée pour le développement - les effets de la perte d'habitat sont particulièrement graves 21. Il n'y a pas de lois protégeant les ratons laveurs et pas de terres réservées pour eux 21.

De nouvelles menaces à leur survie qui ont été étudiées ces dernières années sont les maladies et les parasites 22. Cozumel a une population de chats sauvages et de chats et de chiens domestiques qui peuvent transmettre des maladies aux ratons laveurs 22. En moyenne, il y a environ 2 espèces différentes présentes dans chaque hôte. Ce n'est pas l'abondance globale, mais simplement le nombre absolu d'espèces trouvées. Certains ratons laveurs capturés avaient développé des anticorps contre certaines maladies. Les chats sont nouvellement introduits sur l'île en raison des humains qui les amènent comme animaux de compagnie 22.

Raton laveur commun, Procyon lotor

Raton laveur
État de conservation

Moins préoccupante

(UICN) 23

Classification scientifique
Nom binomial
Procyon lotor
(Linné, 1758)
Gamme native en rouge, gamme introduite en bleu
Synonymes

Ursus lotor Linné, 1758

le raton laveur commun (Procyon lotor) est la plus grande espèce existante de la famille des procyonidés et également la plus largement distribuée. P. lotor porte également des noms communs tels que «raton laveur nord-américain»5, "raton laveur du nord",24, le "raton laveur"5, et familièrement comme «coon».5

Quatre sous-espèces du raton laveur commun endémiques aux petites îles d'Amérique centrale et des Caraïbes étaient souvent considérées comme des espèces distinctes après leur découverte. Ce sont le raton laveur Bahaman et le raton laveur Guadeloupe, qui sont très similaires les uns aux autres; le raton laveur Tres Marias, qui est plus grand que la moyenne et a un crâne anguleux; et le raton laveur de la Barbade, aujourd'hui disparu, qui a été aperçu pour la dernière fois en 1964. Des études de leurs caractéristiques morphologiques et génétiques en 1999, 2003 et 2005 ont conduit tous ces ratons laveurs des îles à être répertoriés comme sous-espèce du raton laveur commun.52121 Une population de ratons laveurs de la cinquième île, le raton laveur de Cozumel, qui ne pèse que 3-4 kilogrammes et a des dents particulièrement petites, est toujours considérée comme une espèce distincte.

Parmi les nombreuses sous-espèces revendiquées du raton laveur commun, les quatre plus petites sous-espèces de raton laveur, avec un poids moyen de 2-3 kilogrammes, se trouvent le long de la côte sud de la Floride et sur les îles adjacentes; un exemple est le raton laveur Ten Thousand Island (Procyon lotor marinus). La plupart des 15 autres sous-espèces du raton laveur commun ne diffèrent que légèrement les unes des autres par la couleur, la taille et d'autres caractéristiques physiques du pelage. Les deux sous-espèces les plus répandues sont le raton laveur de l'Est (Procyon lotor lotor) et le raton laveur de la haute vallée du Mississippi (Procyon lotor hirtus). Les deux partagent un pelage relativement sombre avec de longs poils, mais le raton laveur de la haute vallée du Mississippi est plus grand que le raton laveur de l'est. Le raton laveur de l'est est présent dans tous les États américains et provinces canadiennes au nord de la Caroline du Sud et du Tennessee. L'aire de répartition adjacente du raton laveur de la haute vallée du Mississippi couvre tous les États américains et les provinces canadiennes au nord de la Louisiane, du Texas et du Nouveau-Mexique.5

Description physique

PisteCrâne avec dentition: 2/2 molaires, 4/4 prémolaires, 1/1 canines, 3/3 incisivesSquelette de raton laveur

Le plus grand de la famille des procyonidés, le raton laveur commun mesure de la tête aux postérieurs entre 40 et 70 cm (16 et 28 po), sans compter la queue touffue, qui peut mesurer entre 20 et 40 cm (8 et 16 po), mais est ne dépasse généralement pas 25 cm (10 po).6525 La hauteur des épaules est comprise entre 23 et 30 cm (9 et 12 pouces).25 Le crâne du mâle adulte mesure 94,3-125,8 mm de long et 60,2-89,1 mm de large, tandis que celui de la femelle mesure 89,4-115,9 mm de long et 58,3-81,2 mm de large.26 Le poids corporel d'un raton laveur adulte varie considérablement selon l'habitat; elle peut varier de 2 à 14 kilogrammes (4 à 30 lb), mais elle est généralement comprise entre 3,5 et 9 kilogrammes (8 et 20 lb). Les plus petits spécimens se trouvent dans le sud de la Floride, tandis que ceux près des limites nord de l'aire de répartition du raton laveur ont tendance à être les plus grands (voir la règle de Bergmann).5 Les mâles sont généralement de 15 à 20% plus lourds que les femelles.25 Au début de l'hiver, un raton laveur peut peser deux fois plus qu'au printemps à cause du stockage des graisses.675 C'est l'un des mammifères les plus variables. Le raton laveur sauvage enregistré le plus lourd pesait 28,4 kg (62,6 lb), de loin le poids le plus élevé enregistré pour un procyonide.75

Le raton laveur commun a une fourrure grisâtre, avec des anneaux alternant clair et foncé sur la queue et un masque noir distinctif autour des yeux. Environ quatre-vingt-dix pour cent du pelage du raton laveur est sous-poil dense. Ce sous-poil isole contre le froid et est composé de poils longs de 2 à 3 cm (0,8 à 1,2 po).5 La caractéristique physique la plus caractéristique des ratons laveurs est la zone de fourrure noire autour des yeux, qui contraste fortement avec la coloration du visage blanc environnant. Cela rappelle un "masque de bandit" et a ainsi amélioré la réputation de l'animal pour le mal.275 Les oreilles légèrement arrondies sont également bordées de fourrure blanche. Les ratons laveurs sont censés reconnaître plus rapidement l'expression et la posture du visage d'autres membres de leur espèce en raison de la coloration faciale visible et des anneaux de la queue, dont les derniers ressemblent à ceux d'un lémurien à queue annelée.67 Le masque foncé peut également réduire l'éblouissement et ainsi améliorer la vision nocturne.75 Sur d'autres parties du corps, les poils de garde longs et raides, qui libèrent de l'humidité, sont généralement colorés dans des tons de gris et, dans une moindre mesure, de brun.5

Baculum de raton laveur ou "os du pénis"

Le raton laveur, dont la méthode de locomotion est généralement considérée comme plantigrade, peut se tenir debout sur ses pattes arrière pour examiner des objets avec ses pattes avant.65 Comme les ratons laveurs ont des pattes courtes par rapport à leur torse compact, ils ne sont généralement pas capables de courir rapidement ou de sauter de grandes distances.65 Leur vitesse de pointe sur de courtes distances est de 16 à 24 km / h (10 à 15 mph).728 Les ratons laveurs peuvent nager à une vitesse moyenne d'environ 5 km / h (3 mph) et peuvent rester dans l'eau pendant plusieurs heures.75 Pour descendre un arbre la tête la première - une capacité inhabituelle pour un mammifère de sa taille - un raton laveur fait pivoter ses pattes postérieures de sorte qu'elles pointent vers l'arrière.

Les ratons laveurs ont un double système de refroidissement pour réguler leur température; c'est-à-dire qu'ils peuvent à la fois transpirer et haleter pour dissiper la chaleur.75

Les crânes de raton laveur ont une région faciale courte et large et un casse-tête volumineux. La longueur faciale du crâne est inférieure à celle du crâne et leurs os nasaux sont courts et assez larges. Les bulles auditives sont gonflées et la crête sagittale est faiblement développée. La dentition - 40 dents - est adaptée à leur régime omnivore: les carnassiers ne sont pas aussi tranchants et pointus que ceux d'un carnivore à plein temps, mais les molaires ne sont pas aussi larges que celles d'un herbivore.5

L'os du pénis des mâles mesure environ 10 cm (4 po) de long et est fortement plié à l'extrémité avant et est souvent utilisé par les biologistes pour classer l'état de reproduction des spécimens.67

Côté inférieur de la patte avant avec des vibrisses visibles sur les extrémités des chiffres

Sens et intelligence

Le sens le plus important pour le raton laveur est son sens du toucher.2765 Les pattes avant très sensibles sont protégées par une fine couche cornée qui devient souple une fois mouillée.67 Les cinq chiffres des pattes n'ont aucune sangle entre eux. Près des deux tiers de la zone responsable de la perception sensorielle dans le cortex cérébral du raton laveur est spécialisée dans l'interprétation des impulsions tactiles, plus que dans tout autre animal étudié.6 Les ratons laveurs sont capables d'identifier les objets avant de les toucher avec des vibrisses situées au-dessus de leurs griffes acérées et non rétractables.6 Les pattes du raton laveur n'ont pas de pouce opposable et n'ont donc pas l'agilité des mains des primates.7 Il n'y a aucun effet négatif observé sur la perception tactile lorsqu'un raton laveur reste dans l'eau à moins de 10 ° C (50 ° F) pendant des heures.6

On pense que les ratons laveurs sont daltoniens ou du moins peu capables de distinguer la couleur, bien que leurs yeux soient bien adaptés pour détecter la lumière verte.7 Bien que leur logement de 11 dioptries soit comparable à celui des humains et qu'ils voient bien en twil

Voir la vidéo: Ratons Laveurs Drôles! La Meilleure Sélection (Juin 2020).

Pin
Send
Share
Send