Je veux tout savoir

Kama Sutra

Pin
Send
Share
Send


le Kama Sutra (correctement appelé Kamasutram qui signifie «fils de plaisir»), est un ancien texte indien largement considéré comme l'ouvrage standard sur l'amour dans la littérature sanskrite. Une partie du travail traite du comportement sexuel humain. Le texte est traditionnellement attribué à la paternité de Mallanaga Vatsyayana; cependant, l'historien John Keay fait valoir que le travail est un compendium, qui a été expurgé dans sa forme actuelle au deuxième siècle de notre ère.1

Le Kama Sutra est l'exemple le plus notable d'un groupe de textes connus sous le nom générique Kama Shastra (Sanskrit: Kāma Śāstra).2 Traditionnellement, la première transmission de Kama Shastra ou "Discipline de Kama" est attribuée à Nandi le taureau sacré, le portier de Shiva, qui a été déplacé vers l'énonciation sacrée en entendant les ébats du dieu et de sa femme Parvati et a enregistré plus tard ses paroles au profit de l'humanité.3

En raison de son association avec l'intimité sexuelle, de nombreux stéréotypes sur le texte se sont développés dans la culture populaire occidentale. Cependant, Indra Sinha déclare: «Le Kama Sutra n'est ni un manuel sexuel ni, comme on le croit également, une œuvre sacrée ou religieuse. Ce n'est certainement pas un texte tantrique. En ouvrant sur une discussion des trois objectifs de l'ancien dharma de vie hindou, l'artha et le kama-Vatsyayana ont pour but de mettre en contexte le kama, ou la jouissance des sens. Ainsi, le dharma ou la vie vertueuse est le but le plus élevé, artha, l'amassement de la richesse est le prochain, et le kama est le moindre des trois.4

Étymologie

Kama (काम kāma) est un mot sanscrit qui a les significations générales de «souhait», «désir» et «intention» en plus des significations spécifiques de «plaisir» et «amour (sexuel)».5 Utilisé comme nom propre, il fait référence à Kama, le dieu hindou de l'amour. La définition suivante de Kama est donnée dans le chapitre deux du Kama Sutra, traduit par Richard Burton:

"Kama est la jouissance d'objets appropriés par les cinq sens de l'ouïe, de la sensation, de la vue, du goût et de l'odorat, aidés par l'esprit avec l'âme. la conscience de plaisir qui résulte de ce contact s'appelle Kama. "6

Sutra (सूत्र sūtra) signifie un fil, ou discours fileté sur une série d'aphorismes ou de règles concises.7 Par définition, un sutra est une brève déclaration aphoristique.8 Sutra est un terme standard pour un texte technique. Yoga Sutras de Patanjali. Ludo Rocher classe les Kama Sutra comme un exemple typique d'une œuvre écrite en style sutra.9

Contenu

Le Kama Sutra du Mallanaga Vatsyayana comprend 36 chapitres, organisés en sept parties.10 Selon les traductions de Burton et Wendy Doniger, le contenu du livre est structuré en sept parties comme suit:

1. Introduction
Chapitres sur le contenu du livre, trois buts et priorités de la vie, l'acquisition de connaissances, la conduite du citadin bien élevé, réflexions sur les intermédiaires qui assistent l'amant dans ses entreprises (cinq chapitres).
2. Sur l'union sexuelle
Chapitres sur la stimulation du désir, embrasse les types, caresses et baisers, marquage avec les ongles, morsure et marquage avec les dents, sur la copulation (positions), gifles à la main et gémissements correspondants, comportement viril chez les femmes, coït supérieur et sexe oral, préludes et conclusions au jeu de l'amour. Il décrit 64 types d'actes sexuels (dix chapitres).
3. À propos de l'acquisition d'une femme
Chapitres sur les formes de mariage, relaxer la fille, obtenir la fille, gérer seule, union par mariage (cinq chapitres).
4. À propos d'une femme
Chapitres sur la conduite de la seule épouse et la conduite de l'épouse principale et des autres épouses (deux chapitres).
5. À propos des épouses d'autres personnes
Chapitres sur le comportement de la femme et de l'homme, rencontres pour se familiariser, examen des sentiments, tâche d'intermédiaire, plaisirs du roi, comportement au gynécée (six chapitres).
6. À propos des courtisanes
Chapitres sur les conseils des assistants sur le choix des amoureux, la recherche d'un amant stable, les moyens de gagner de l'argent, le renouvellement de l'amitié avec un ancien amant, les profits occasionnels, les profits et les pertes (six chapitres).
7. Sur les moyens d'attirer les autres vers soi
Chapitres sur l'amélioration des attraits physiques, suscitant une puissance sexuelle affaiblie (deux chapitres).

Plaisir et spiritualité

La tradition indienne consiste à suivre les "quatre principaux objectifs de la vie",1112 connu comme le purusharthas:13

1) Dharma: vie vertueuse
2) Artha: prospérité matérielle
3) Kama: Plaisir esthétique et érotique.1415
4) Moksha: Libération

Dharma, Artha et Kama sont des objectifs de la vie quotidienne, tandis que Moksha est libéré du cycle de la mort et de la renaissance. Le Kama Sutra (traduction de Burton) dit:

"Le Dharma est meilleur qu'Artha, et Artha est meilleur que Kama. Mais Artha devrait toujours être d'abord pratiqué par le roi pour la subsistance des hommes uniquement. Encore une fois, Kama étant l'occupation des femmes publiques, ils devraient préférer aux deux autres, et ce sont des exceptions à la règle générale. " (Kama Sutra 1.2.14)16

Des trois premiers, la vertu est le but le plus élevé, une vie sûre la seconde et le plaisir le moins important. Lorsque des motifs entrent en conflit, l'idéal supérieur doit être suivi. Ainsi, en faisant de l'argent, la vertu ne doit pas être compromise, mais gagner sa vie devrait avoir la priorité sur le plaisir, mais il y a des exceptions.

Dans l'enfance, dit Vātsyāyana, une personne doit apprendre à gagner sa vie, la jeunesse est le moment du plaisir, au fil des années, il faut se concentrer sur une vie vertueuse et espérer échapper au cycle de la renaissance.17

Le Kama Sutra est parfois considéré à tort comme un manuel pour le sexe tantrique. Bien que les pratiques sexuelles existent dans la très large tradition du tantra hindou, le Kama Sutra n'est pas un texte tantrique et ne touche à aucun des rites sexuels associés à certaines formes de pratique tantrique.

Traductions

La traduction anglaise la plus connue du Kama Sutra a été faite par le célèbre voyageur et auteur Sir Richard Francis Burton et compilée par son collègue Forster Fitzgerald Arbuthnot en 1883. L'historien Burjor Avari a critiqué la traduction de Burton comme "inadéquate", ayant eu pour résultat que le livre a acquis la réputation en Occident d'être une œuvre pornographique.18

Une traduction récente est celle d'Indra Sinha, publiée en 1980. Au début des années 1990, son chapitre sur les positions amoureuses a commencé à circuler sur Internet en tant que texte indépendant et est aujourd'hui souvent considéré comme l'ensemble du Kama Sutra.19

Alain Daniélou a contribué une traduction intitulée Le Kama Sutra complet en 1994. Cette traduction comportait le texte original attribué à Vatsayana, ainsi qu'un commentaire médiéval et moderne.

Il a été traduit à nouveau en 2002 par Wendy Doniger, professeur d'histoire des religions à l'Université de Chicago, et Sudhir Kakar, psychanalyste indien et chercheur principal au Center for Study of World Religions de l'Université Harvard. Leur traduction fournit une interprétation psychanalytique du texte.20

Remarques

  1. ↑ Keay, p. 81, 103.
  2. ↑ Pour Kama Sutra, le plus notable de la littérature kāma śāstra, voir: Flood, 1996, p. 65.
  3. ↑ Pour Nandi rapportant l'énoncé, voir: Alain Daniélou, Le Kama Sutra complet: la première traduction moderne intégrale du texte indien classique (Inner Traditions: 1993, ISBN 0-89281-525-6), 3.
  4. ↑ Idées fausses courantes sur le Kama Sutra Récupéré le 2 mars 2008.
  5. ↑ Arthur Anthony Macdonell, Un dictionnaire sanskrit pratique, p. 66.
  6. ↑ Citation de la traduction de Richard Burton tirée du chapitre II, récupérée le 2 mars 2008.
  7. ↑ Arthur Anthony Macdonell, Un dictionnaire sanskrit pratique, p. 357.
  8. ↑ Pour la définition du sutra comme un bref énoncé aphoristique, voir: Ludo Rocher, «The Dharmaśāstras», dans Flood, 2003, p. 104.
  9. ↑ Ludo Rocher, «The Dharmaśāstras», dans Flood, 2003, p. 104.
  10. ↑ Livre, voir les pages d'index de Wendy Doniger. Récupéré le 2 mars 2007.
  11. ↑ Pour le Dharma Śāstras comme discutant des "quatre principaux objectifs de la vie" (dharma, artha, kāma et moksha), voir: Hopkins, p. 78.
  12. ↑ Pour le dharma, l'artha et le kama en tant que «valeurs brahmaniques des ménages», voir: Flood, 1996, p. 17.
  13. ↑ Pour la définition du terme पुरुष-अर्थ (puruṣa-artha) comme "l'un des quatre principaux objets de la vie humaine, à savoir धर्म, अर्थ, काम et मोक्ष", voir: Apte, p. 626, colonne du milieu, composé n ° 1.
  14. ↑ Pour kāma comme l'un des quatre objectifs de la vie (kāmārtha) voir: Flood, 1996, p. 65.
  15. ↑ Pour la définition de kāma comme «plaisir érotique et esthétique», voir: Flood, 1996, p. 17.
  16. ↑ Citation de la traduction de Richard Burton tirée du chapitre 2, récupérée le 2 mars 2008.
  17. ↑ Livre I, chapitre ii, lignes 2-4 Vatsyayana Kamasutram Édition électronique sanskrit: Titus Texts, Université de Francfort bālye vidyāgrahaṇādīn artʰān, kāmaṃ ca yauvane, stʰāvire dʰarmaṃ mokṣaṃ ca
  18. ↑ Avari, 2007, p. 171.
  19. ↑ Sinha, p. 33.
  20. ↑ Avari, 2007, p. 171.

Les références

  • Apte, Vaman Shivram. 1965. Le dictionnaire sanscrit pratique. Delhi: Motilal Banarsidass Publishers. ISBN 81-208-0567-4
  • Avari, Burjor. 2007. Inde: le passé antique. Londres: Routledge. ISBN 978-0-415-35616-9
  • Daniélou, Alain. 1993. Le Kama Sutra complet: la première traduction moderne intégrale du texte indien classique. Traditions intérieures. ISBN 0-89281-525-6
  • Inondation, Gavin. 1996. Une introduction à l'hindouisme. Cambridge: Cambridge University Press. ISBN 0-521-43878-0
  • Flood, Gavin (éd.). 2003. Le compagnon de Blackwell à l'hindouisme. Malden, MA: Blackwell Publishing Ltd. ISBN 1-4051-3251-5
  • Hopkins, Thomas J. 1971. La tradition religieuse hindoue. Cambridge: Dickenson Publishing Company, Inc.
  • Keay, John. 2000. Inde: une histoire. New York: Grove Press. ISBN 0-8021-3797-0
  • Sinha, Indra. 1999. Les cybergypsies. New York: Viking. ISBN 0-60034-158-5
  • Sudhir Kakar et Wendy Doniger. 2003. Kamasutra (Oxford World's Classics). Oxford University Press. ISBN 0-19-283982-9

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 10 avril 2018.

  • Traduction anglaise de Sir Richard Burton de Kama Sutra, version pdf (Portable Document File)

Pin
Send
Share
Send