Pin
Send
Share
Send


Khwajeh Shams al-Din Muhammad Hafez-e Shirazi (également orthographié Hafiz) (خواجه شمس‌الدین محمد حافظ شیرازی en persan) était un mystique et poète persan qui est maintenant vénéré comme l'un des poètes persans les plus influents de tous les temps. Il est né entre les années 1310-1337, dans la ville de Shiraz dans l'actuel Iran. Hafez est aujourd'hui surtout connu pour sa poésie lyrique écrite en ghazals, une forme de vers difficile et uniquement persane. Avant Hafez, ghazals étaient principalement utilisés pour écrire des chansons célébrant le vin et le plaisir terrestre. Hafez a révolutionné la forme en utilisant les symboles courants du vin et du plaisir comme métaphores pour l'expérience spirituelle. Ce faisant, Hafez a élevé ses vers courts et simples au niveau du grand art. Soufi dévoué, la poésie de Hafez préconisait d'abandonner toutes les contraintes et les idées préconçues afin d'entrer en contact direct avec le domaine spirituel. En raison de son sujet mystique et profondément transcendant, Hafez est devenu une inspiration pour les poètes de toutes les cultures. Sans doute le poète persan le plus influent de tous les temps, Hafez a été traduit dans d'innombrables langues, et ses œuvres ont été particulièrement influentes pour un certain nombre des premiers romantiques européens, y compris Goethe et Friedrich Schiller. En Iran, même si ses œuvres ont près de 700 ans, Hafez continue d'être extrêmement populaire.

La vie

Très peu d'informations crédibles sont connues sur la vie de Hafez, en particulier sa première partie; il y a beaucoup d'anecdotes plus ou moins mythiques. A en juger par sa poésie, il doit avoir eu une bonne éducation, ou plutôt trouvé les moyens de s'éduquer. Les chercheurs sont généralement d'accord sur les points suivants:

Son père, Baha-ud-Din, aurait été un marchand de charbon décédé alors que Hafez était enfant, le laissant lui et sa mère endettés. Il semble probable qu'il ait rencontré Attar de Shiraz, un érudit, et soit devenu son disciple. Il serait devenu plus tard poète à la cour d'Abou Ishak, et aurait ainsi gagné en renommée et en influence dans sa ville natale. Il est possible que Hafez ait obtenu un poste d'enseignant dans une école coranique à cette époque.

Au début de la trentaine, Mubariz Muzaffar a capturé Shiraz et semble avoir évincé Hafez de sa position. Hafez a apparemment retrouvé sa position pendant une brève période de temps après que le Shah Shuja ait tenté de regagner le trône. Mais peu de temps après, Hafez a été contraint à l'exil volontaire quand les rivaux et les personnages religieux qu'il avait critiqués ont commencé à le calomnier. Une autre cause possible de sa disgrâce a peut-être été une histoire d'amour qu'il a eue avec une belle femme turque, Shakh-e Nabat, à propos de laquelle Hafez a écrit un certain nombre de poèmes romantiques. Hafez a fui Shiraz pour Ispahan et Yazd pour sa propre sécurité.

À l'âge de cinquante-deux ans, Hafez a de nouveau retrouvé son poste à la cour et a peut-être reçu une invitation personnelle de Shah Shuja, qui l'a supplié de revenir. Il a obtenu une position plus solide après la mort de Shah Shuja, lorsque Tamerlan est monté sur le trône.

On pense généralement que Hafez est décédé à l'âge de 69 ans. Sa tombe est située dans les jardins Musalla de Shiraz, en Iran, et reste une destination touristique populaire, avec des millions de Perses et d'autres visiteurs faisant le pèlerinage vers la tombe de Hafez chaque année.

Hafez, contrairement à la plupart des artistes, a acquis une immense renommée et fortune au cours de sa vie. Jamais un être particulièrement humble, il a écrit sa propre épitaphe:

Je n'ai jamais vu de poésie plus douce que la tienne, O Hafez,
Je le jure par ce Coran que tu gardes dans ton sein (Traduction par Edward Granville Browne).

Œuvres et influence

Il n'y a pas de version définitive de ses œuvres collectées (ou diwan); les éditions varient de 573 à 994 poèmes. Ce n'est que depuis les années 40 qu'une tentative savante soutenue a été faite - par Mas'ud Farzad, Qasim Ghani et d'autres en Iran - pour authentifier le travail de Hafez et supprimer les erreurs introduites par les copistes et censeurs ultérieurs. Cependant, la fiabilité d'un tel travail a été mise en doute, et selon les mots du savant Hafez, Iraj Bashiri, "il y a peu d'espoir en Iran pour une diwan."

Bien que dénoncé par les musulmans orthodoxes et fondamentalistes à son époque en tant qu'hédoniste qui s'adonnait aux plaisirs du monde terrestre, Hafez a grandement influencé les poètes persans ultérieurs. Dans le temps, de nombreux critiques soulignent que ce qui semble être un hédonisme téméraire dans les œuvres de Hafez est en fait une allégorie de l'extase indicible de l'expérience spirituelle.

En traduction, Hafez a laissé sa marque sur un certain nombre d'écrivains occidentaux importants du XIXe siècle, comme Goethe. Son travail a été traduit pour la première fois en anglais en 1771, par William Jones. Peu de traductions en anglais de Hafez ont vraiment réussi. Sa poésie est notoirement ambiguë. L'interpréter nécessite des soins et une érudition; la recherche des significations littérales et symboliques de ses mots, ce qui est notoirement difficile pour les érudits occidentaux étudiant une forme désormais ancienne de la langue persane. De plus, Hafez fait souvent référence à des événements et des personnages contemporains sans fournir de contexte; sa poésie suppose implicitement que le lecteur a une compréhension approfondie de la littérature et de l'histoire persanes. Une grande partie de la bourse Hafez continue de se concentrer sur l'explication de toutes les allusions dans ses œuvres.

Exemples de traductions

Le sens derrière la poésie de Hafez est incroyablement difficile à expliquer. Hafez était un maître de l'ironie. Quoi qu'il en soit, bon nombre de ses poèmes étaient intentionnellement vagues. Tout comme la poésie symboliste de l'Europe du XIXe siècle, Hafez a cherché à dissocier le lecteur du sens et du sens ordinaires afin de le contraindre à un état d'extase confuse. Comme l'a dit le poète lui-même:

Suis-je un pécheur ou un saint,
Lequel sera-ce?
Hafiz détient le secret de son propre mystère…

L'un des plus grands penchants de Hafez était pour le vin, donc lorsque les Muzaffarids ont capturé Shiraz en 1353, instituant une interdiction, il n'est pas surprenant que Hafez ait écrit une élégie lugubre pour la perte. L'élégie, l'un des plus beaux poèmes de Hafez, se distingue par son changement de ton inhabituel; bien que Hafez semble, au début du poème, être simplement un ivrogne pleurant la perte de son alcool, il devient évident par la dernière ligne du poème qu'il embrasse aussi, paradoxalement, l'opportunité d'être abstinent afin d'obtenir la piété spirituelle:

Bien que le vin donne du plaisir et que le vent distille le parfum de la rose,
Ne buvez pas le vin aux souches de la harpe, car le constable est alerte.
Cachez le gobelet dans la manche de la cape patchwork,
Car le temps, comme l'œil de la carafe, verse du sang.
Lavez la tache de vin de votre cape de diable avec des larmes,
Car c'est la saison de la piété et le temps de l'abstinence (Traduction d'Edward Browne).

Tout comme les poèmes sur le vin, Hafez a également écrit un certain nombre de ghazals sur le thème traditionnel de l'amour romantique. Pour Hafez, cependant, l'amour était souvent un état d'extase moyen à supérieur à la simple passion humaine. Ses poèmes, comme dans la séquence suivante, utilisent l'amour comme métaphore du genre de passion transcendantale ressentie par le dévot à la recherche du divin:

J'ai dit que je te désire
Vous avez dit que vos chagrins prendraient fin.
Sois ma lune, lève-toi pour moi
Seulement si ça va monter. J'ai dit, des amants apprennent
Comment avec compassion brûler
Beautés, vous avez dit en retour
Ces trucs communs transcendent. Vos visions, je vais m'opposer
Les chemins de mon esprit, je vais fermer
Vous avez dit, ce noctambule sait
Une autre voie descendra: avec le parfum de vos cheveux
Je suis perdu dans l'affaire de mon monde
Vous avez dit, si vous vous souciez, vous osez
De ses conseils peuvent dépendre.J'ai salué cet air frais
Que la brise du matin puisse partager
Cool est cette brise, vous déclarez
Avec l'air de mon bien-aimé peut se mélanger. J'ai dit, votre vin doux et rouge
Je n'ai accordé aucun souhait
Vous avez dit, en service définir
Votre vie et votre temps passent.J'ai dit, quand votre bon cœur
Des pensées d'amitié commencent?
Dit, ne parle pas de cet art
Jusqu'à ce qu'il soit temps pour cette tendance. J'ai dit, bonheur et joie
Le temps qui passe détruira.
Dit, Hafiz, le silence emploie
La douleur mettra aussi fin à mon ami. (Traduction par Shahriar Shahriari.) J'ai tellement appris de Dieu
Que je ne peux plus m'appeler
un chrétien, un hindou, un musulman, un bouddhiste, un juif.
La vérité a partagé tellement de choses avec moi
Que je ne peux plus m'appeler
un homme, une femme, un ange ou même une âme pure.
L'amour s'est tellement lié d'amitié avec Hafiz.
Il s'est transformé en cendre et m'a libéré
De chaque concept et image que mon esprit a jamais connus.

Les œuvres de Hafez sont inspirées des enseignements soufis de son temps, dans lesquels l'amour passionné et la consommation de vin sont des métaphores d'états religieux extatiques qui ne peuvent être décrits autrement. Bien que la poésie de Hafez ait souvent été mal comprise par les imams conservateurs au cours de sa propre vie, dans les siècles qui ont suivi sa mort, sa poésie a été célébrée par les musulmans, les hindous et les chrétiens pour ses idées profondes sur la recherche de sens spirituel.

Les références

  • Browne, E.G. Histoire littéraire de la Perse. 1998. ISBN 0-7007-0406-X
  • Durant, Will. La Réforme. New York: Simon et Schuster, 1957.
  • Rypka, janv. Histoire de la littérature iranienne. Reidel Publishing Company.

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 24 juillet 2017.

  • Hafiz, Shams al-Din Muhammad Une biographie du professeur Iraj Bashiri, Université du Minnesota.
  • Hafiz Poems-Translated G.Bell.
  • Hafez Poems-Traduit par Shahriar Shahriari.
  • Ensemble complet d'entrées savantes sur Hafez, sur le Encyclopædia Iranica (Université Columbia).
  • 500 originaux Hafez Shirazi Ghazaliyat en persan.
  • Les chansons de Hafiz.

Pin
Send
Share
Send