Je veux tout savoir

Gustave Flaubert

Pin
Send
Share
Send


Gustave Flaubert (12 décembre 1821 - 8 mai 1880) était un romancier français qui, avec les proches contemporains Stendhal et Honoré de Balzac, est crédité du développement du réalisme littéraire. Des décennies avant la défense explicite d'Henry James du roman en tant que forme d'art à égalité avec les autres beaux-arts, Flaubert a élevé le roman grâce à un savoir-faire littéraire exigeant. L'attention de Flaubert sur la diction et les cadences de la prose - il passait parfois une semaine à l'achèvement d'une page - contrastait avec les romanciers anglais populaires, comme Charles Dickens ou Anthony Trollope, dont les romans prolifiques, souvent mélodramatiques, axés sur l'intrigue étaient sérialisés pour publication et composé sous contraintes de délais.

Le roman le plus connu et le plus influent de Flaubert, Madame Bovary, a exploré la vie provinciale d'Emma Bovary, ennuyée et adultère, rendant de façon réaliste ses relations et sa psychologie sans projeter de jugement moral. Présentant Emma comme une romantique étouffée et réprimée, Flaubert méprise la banalité des conventions bourgeoises. Le sujet et le traitement réaliste ont indigné la société française et Flaubert a été élevé (et acquitté) pour obscénité.

Le célibataire Flaubert était connu pour son appétit prodigieux pour les prostituées et exprimait souvent des attitudes misogynes envers les femmes. Son mépris pour les femmes en tant qu'êtres moraux, émotionnels et intellectuels a créé un précédent pour le traitement misogyne des femmes dans la littérature occidentale.

Les idéaux esthétiques de Flaubert ont influencé le développement du roman en Europe, en Amérique et dans le monde entier.

La vie

Le père de Flaubert, qui sert de modèle au personnage du Dr Larivière dans Madame Bovary, était chirurgien à Rouen; sa mère était issue de certaines des plus anciennes familles normandes. Flaubert a fait ses études dans sa ville natale et ne l'a quittée qu'en 1840, lorsqu'il s'est rendu à Paris pour étudier le droit. Dans sa jeunesse, il aurait été oisif à l'école, mais aurait été occupé par la littérature dès l'âge de 11 ans. Dans sa jeunesse, Flaubert aurait été plein de vigueur avec une certaine grâce timide, enthousiaste, intensément individuel et apparemment sans trace d'ambition.

Il aimait le pays et trouvait Paris extrêmement désagréable. Il fait la connaissance de Victor Hugo, et vers la fin de 1840, il parcourt les Pyrénées et la Corse. De retour à Paris, il perdit son temps à rêvasser et à vivre de son patrimoine. En 1846, Flaubert abandonne Paris et l'étude du droit, revenant à Croisset, près de Rouen, où il vit avec sa mère. Ce domaine, une maison dans un agréable terrain qui descendait jusqu'à la Seine, devint la demeure de Flaubert pour le restant de ses jours. De 1846 à 1854, il a une liaison avec la poète Louise Colet. Ses lettres lui ont été conservées et, selon Émile Faguet, leur histoire est le seul épisode sentimental de toute importance dans la vie de Flaubert, qui ne s'est jamais marié.

Son principal ami à cette époque était Maxime du Camp, avec qui il voyagea en Bretagne en 1846, en Grèce et en Égypte en 1849. Ce voyage marqua profondément l'imagination de Flaubert. A partir de ce moment, sauf pour des visites occasionnelles à Paris, il s'éloigna rarement de Croisset.

Flaubert était connu pour son appétit prodigieux pour les prostituées. "C'est peut-être un goût pervers", a-t-il avoué une fois dans une correspondance privée, "mais j'aime la prostitution, et pour elle aussi, indépendamment de ses aspects charnels".1 Flaubert a contracté la syphilis de ses nombreuses liaisons.

En 1850, de retour d'Orient, Flaubert commence à écrire Madame Bovary. Il avait déjà écrit un roman, La tentation de Saint Antoine, mais était mécontent du résultat. Il lui a fallu six ans pour écrire Madame Bovary. Le roman a été sérialisé dans le Revue de Paris en 1857. Le gouvernement a intenté une action contre l'éditeur et contre l'auteur pour immoralité, mais tous deux ont été acquittés. Quand Madame Bovary paru sous forme de livre, il a rencontré un accueil enthousiaste. Flaubert a effectué une visite à Carthage en 1858, afin de recueillir des documents pour son prochain roman, Salammbô, qui ne fut achevée qu'en 1862, malgré les efforts incessants de l'auteur.

Utilisant de nombreux souvenirs de sa jeunesse et de son enfance, il reprend l'étude des mœurs contemporaines en écrivant L'Éducation sentimentale (Éducation sentimentale). La composition l'occupa pendant sept ans et fut publiée en 1869. Jusqu'à cette époque, la vie séquestrée et laborieuse de Flaubert était relativement heureuse, mais subit bientôt une série de malheurs. Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, des soldats prussiens ont occupé sa maison. C'est alors qu'il a commencé à souffrir de maladies nerveuses.

Ses meilleurs amis lui avaient été enlevés par la mort ou un malentendu. En 1872, il a perdu sa mère et sa situation s'est considérablement réduite. Il était très tendrement pris en charge par sa nièce, Caroline Commanville. Flaubert jouit d'une rare intimité d'amitié avec George Sand, avec qui il entretient une correspondance d'un immense intérêt artistique. Il voyait occasionnellement ses connaissances parisiennes, Emile Zola, Alphonse Daudet, Ivan Turgenev, Edmond de Goncourt et Jules de Goncourt; mais rien n'empêchait la fin de la vie de Flaubert d'être désolée et mélancolique. Il n'a cependant pas cessé de travailler avec la même intensité et la même minutie. La Tentation de Saint-Antoine, dont des fragments avaient été publiés dès 1857, furent enfin achevés et envoyés à la presse en 1874, mais la même année, il fut soumis à la déception causée par l'échec de son drame Le Candidat. En 1877, Flaubert publie Trois contes (Trois contes), Un Cœur simple, La Légende de Saint-Julien l'Hospitalier et Hérodias. Il a passé le reste de sa vie à travailler sur une vaste satire sur la futilité de la connaissance humaine et l'omniprésence de la médiocrité, qu'il a laissée inachevée. Ceci est déprimant et déroutant Bouvard et Pécuchet (imprimé à titre posthume, 1881), qu'il croyait être son chef-d'œuvre.

Flaubert vieillit rapidement après 1870, mourant d'apoplexie en 1880 à l'âge de 58 ans seulement. Il mourut à Croisset mais fut enterré dans le caveau familial du cimetière de Rouen. Un beau monument à lui par Henri Chapu a été dévoilé au musée de Rouen en 1890.

Flaubert était timide et pourtant extrêmement sensible et arrogant; il est passé du silence à un flot de langage indigné et bruyant. Les mêmes incohérences ont marqué sa nature physique; il avait la construction d'un garde à tête viking, mais sa santé était incertaine depuis l'enfance, et il était névrosé au dernier degré. Ce géant vermeil était secrètement rongé par la misanthropie et le dégoût de la vie. Sa haine des bourgeois a commencé dans son enfance et s'est développée en une sorte de monomanie. Il méprisait ses semblables, leurs habitudes, leur manque d'intelligence et leur mépris de la beauté avec un mépris passionné qui a été comparé à celui d'un moine ascétique.

Madame Bovary

Madame Bovary est le premier roman publié de Flaubert et facilement le plus célèbre. Il reste l'un des ouvrages de littérature française les plus fréquemment enseignés dans ce pays et dans les départements de littérature comparée des universités du monde entier. Le livre a été attaqué pour obscénité par les procureurs lors de sa première publication en La Revue de Paris entre le 1er octobre et le 15 décembre 1856, aboutissant à un procès en janvier 1857, ce qui le rendit notoire. Après que Flaubert a été acquitté le 7 février, il est devenu un best-seller et est maintenant considéré comme l'un des premiers romans réalistes modernes.

Le roman se concentre sur l'épouse d'un médecin, Emma Bovary, qui a des relations adultères et vit au-dessus de ses moyens afin d'échapper aux banalités et au vide de la vie provinciale. Bien que l'intrigue de base soit plutôt simple, voire archétypale, le véritable art du roman réside dans ses détails et ses motifs cachés.

Sommaire

Avertissement de spoiler: Les détails du tracé et / ou de la fin suivent.

Madame Bovary se déroule dans la province du nord de la France, près de la ville de Rouen en Normandie. Un médecin, Charles Bovary, épouse une belle fermière, Emma Rouault. Elle est remplie d'un désir de luxe et de romance, qui découle de sa lecture de romans populaires. Charles veut bien, mais est ennuyeux et maladroit. Emma pense que la naissance d'un petit garçon "guérira" leur mariage. Après qu'Emma soit tombée enceinte et ait finalement donné naissance à une fille, elle pense que sa vie est pratiquement terminée.

Charles décide qu'Emma a besoin d'un changement de décor et passe du village de Tostes (maintenant Tôtes) à un village tout aussi abrutissant, Yonville, traditionnellement basé sur la ville Ry. Emma flirte avec l'une des premières personnes qu'elle rencontre, un jeune étudiant en droit, Léon Dupuis, qui semble partager son appréciation pour «les belles choses de la vie». Lorsqu'il part étudier à Paris, Emma entame une liaison avec un riche propriétaire terrien, Rodolphe Boulanger. Balayée par la fantaisie romantique, elle fait un plan pour s'enfuir avec lui. Rodolphe, cependant, ne l'aime pas, et rompt le plan la veille du jour, avec une lettre au fond d'un panier d'abricots. Le choc est si grand qu'elle tombe gravement malade, se tournant un moment vers la religion.

Emma et Charles assistent à l'opéra de Rouen une nuit, et Emma retrouve Léon. Ils entament une liaison: Emma se rend en ville chaque semaine pour le rencontrer, tandis que Charles croit qu'elle prend des cours de piano. Pendant ce temps, Emma dépense des sommes exorbitantes. Lorsque les dettes d'Emma commencent à s'accumuler et que les gens commencent à soupçonner son adultère, elle considère le suicide comme son seul moyen de s'échapper. Elle avale de l'arsenic et meurt, douloureusement et lentement. Le fidèle Charles est bouleversé, d'autant plus après avoir retrouvé les lettres que Rodolphe lui a écrites. Peu de temps après, il meurt, laissant leur fille orpheline.

Les spoilers se terminent ici.

Style

Le livre, vaguement basé sur l'histoire de la vie d'un camarade de classe devenu médecin, a été écrit à la demande d'amis qui essayaient (sans succès) de "guérir" Flaubert de son romantisme profond en lui assignant le sujet le plus drôle possible, et le mettant au défi de le rendre intéressant sans laisser quoi que ce soit d’étrange se produire.

Bien que Flaubert n'aimait guère les styles de Honoré de Balzac ou d'Emile Zola, le roman est désormais considéré comme un exemple de réalisme, un fait qui a contribué au procès pour obscénité. Flaubert, en tant qu'auteur de l'histoire, ne commente pas directement le caractère moral d'Emma Bovary et s'abstient de condamner explicitement son adultère. En raison de cette décision, certains ont accusé Flaubert de glorifier l'adultère, créant un scandale, mais il reflète probablement plutôt la stratégie narrative du roman réaliste. L'écrivain romantique est généralement un auteur omniscient, à l'intérieur des pensées intérieures de chacun de ses personnages et libre de les commenter. L'approche réaliste a tendance à raconter d'une perspective plus limitée du caractère individuel. Que ce soit à la première personne (subjective) ou à la troisième (objectif), cette perspective limitée dépend de l'intrigue pour fonctionner elle-même et infliger justice ou punition. Compte tenu de la déception perpétuelle d'Emma et du destin sombre, l'accusation contre Flaubert semble sans fondement, bien qu'il soit clair que Flaubert éprouve une certaine sympathie pour son personnage; Emma Bovary, c'est moi ("Emma Bovary c'est moi").

Une partie de cette sympathie vient de la mesquinerie et de la vénalité des autres personnages du roman. De l'absurdité des figures scientifiques "rationnelles", à l'inutilité des représentants de l'église, au bourgeois égoïste Lheureux (qui incite Emma à lui acheter du crédit), à la banalité de Charles lui-même, la création de Flaubert dépeint le monde de la société appropriée comme spirituellement en faillite.

Le réalisme vise la vraisemblance, la suspension volontaire de l'incrédulité, en mettant l'accent sur le développement du caractère et sur les détails simples de la vie quotidienne. Le mouvement était une réaction à l'idéalisme du romantisme, un mode de pensée qui gouverne les actions d'Emma. Le problème d'Emma est qu'elle est une romantique piégée dans un roman réaliste. Ses délires romantiques se fracassent contre les rochers non seulement de son milieu social, mais aussi des personnages plutôt ignobles dont elle tombe amoureuse. Elle devient de plus en plus insatisfaite car ses fantasmes plus grands que nature ne sont, par définition, pas réalisables.

Travail et héritage

Les curieux modes de composition de Flaubert favorisaient et étaient accentués par ses propres particularités. Il travaillait dans une solitude maussade, occupant parfois une semaine à l'achèvement d'une page; il n'était jamais satisfait de ce qu'il avait composé, tourmentant violemment son cerveau pour le meilleur tour de phrase, l'adjectif le plus absolument définitif. Ses travaux incessants n'étaient pas sans récompense. Ses lettres privées montrent qu'il n'était pas de ceux à qui un langage facile et correct est naturellement donné; il n'a acquis son extraordinaire perfection que grâce à son effort herculéen. Flaubert était un perfectionniste notoire de son écriture et prétendait toujours chercher le mot juste («Le bon mot»).

L'exactitude avec laquelle il adapte son expression à son propos se retrouve dans toutes les parties de son œuvre, mais particulièrement dans les portraits qu'il dessine des personnages de ses principaux romans.

Flaubert a exercé une influence extraordinaire sur Edmond de Goncourt, Alphonse Daudet et Emile Zola. Mais même après le déclin de l'école réaliste, Flaubert n'a pas perdu de prestige; d'autres facettes de son génie devinrent évidentes. Son pouvoir d'observation était inégalé. Comme son prédécesseur, Stendhal, Flaubert est le plus apprécié des autres auteurs en raison de son savoir-faire. Il considérait les félicités laxistes de l'improvisation comme une déloyauté envers les procédures les plus sacrées de l'artiste littéraire.

Le sien Œuvres Complètes (8 vols., 1885) ont été imprimés à partir des manuscrits originaux, et comprenaient, en plus des œuvres déjà mentionnées, deux pièces de théâtre, Le Candidat et Le Château des cœurs. Une autre édition (10 volumes) parut en 1873-1885. La correspondance de Flaubert avec George Sand a été publiée en 1884, avec une introduction de Guy de Maupassant.

Il a été admiré ou écrit par presque toutes les grandes personnalités littéraires du XXe siècle, y compris des philosophes tels que Pierre Bourdieu. Georges Perec nommé Éducation sentimentale comme l'un de ses romans préférés. Le romancier péruvien Mario Vargas Llosa est un autre grand admirateur de Flaubert. Excepté Orgie perpétuelle, qui est uniquement consacré à l'art de Flaubert, on peut trouver des discussions lucides dans Llosa récemment publié Lettres à un jeune romancier.

Bibliographie

Grands travaux

  • Madame Bovary (1857)
  • Salammbô (1862)
  • L'Éducation sentimentale (1869)
  • La Tentation de Saint Antoine (187)
  • Trois contes (1877)
  • Bouvard et Pécuchet (1881, publié à titre posthume)
  • Dictionnaire des idées reçues (1911, publié à titre posthume, tr. Dictionnaire des idées reçues)

Correspondance (en anglais)

  • Sélections:
    • Lettres sélectionnées (éd. Francis Steegmuller, 1953, 2001)
    • Lettres sélectionnées (éd. Geoffrey Wall, 1997)
  • Flaubert en Egypte (1972)
  • Flaubert et Turgenev, une amitié dans les lettres: la correspondance complète (éd. Barbara Beaumont, 1985)
  • Correspondance avec George Sand:
    • Les lettres de George Sand-Gustave Flaubert, traduit par Aimée G. Leffingwel McKenzie (A.L. McKensie), présenté par Stuart Sherman (1921), disponible sur le site Internet de Gutenberg sous la forme E-text N ° 5115
    • Flaubert-Sand: la correspondance (1993)

Remarques

  1. ↑ Livres et écrivains, Gustave Flaubert. Récupéré le 28 octobre 2007.

Les références

  • Barnes, Julian. Perroquet de Flaubert. ISBN 0330289764.
  • Hennequin, Émile. Quelques écrivains français Flaubert, Zola, Hugo, Goncourt, Huysmans, etc.
  • Divers auteurs. Le public contre M. Gustave Flaubert.

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 21 juillet 2017.

Voir la vidéo: Gustave Flaubert Sa vie - Biographie (Août 2020).

Pin
Send
Share
Send