Pin
Send
Share
Send


Pardon et les termes associés diffèrent subtilement d'un pays à l'autre. En général, cependant, les définitions suivantes sont valables.12

Amnistie

L'amnistie est un acte de justice par lequel le pouvoir suprême d'un État redonne à ceux qui ont pu être coupables d'une infraction quelconque la position d'innocents. Elle comprend plus qu'une grâce, dans la mesure où elle efface tout souvenir légal de l'infraction. Ainsi, il peut être considéré comme "oublier" un crime. Par exemple, si un voleur de voitures est témoin d'un meurtre, il peut bénéficier d'une amnistie pour son crime afin de lui permettre de témoigner contre le meurtrier; ou après une guerre civile, une amnistie de masse peut être accordée pour exonérer tous les participants de culpabilité. Des amnisties d'armes peuvent être accordées afin que les gens puissent remettre des armes illégales à la police sans aucune conséquence juridique.

Commutation

La commutation de peine implique la réduction des sanctions légales, notamment en termes d'emprisonnement. Contrairement à une grâce, une commutation n'annule pas la condamnation et est souvent conditionnelle. Il s'agit généralement de substituer la peine d'un crime à la peine d'un autre, tout en restant coupable du crime d'origine. Ainsi, aux États-Unis, une personne coupable de meurtre peut voir sa peine commuée en réclusion à perpétuité plutôt qu'en peine de mort.

Pardon

Le pardon est le pardon d'un crime et la peine qui y est associée. Il est accordé par un pouvoir souverain, tel qu'un monarque, un chef d'État ou une autorité ecclésiastique compétente.

Remise

Dans ce cas, il y a annulation totale ou partielle de la peine pour un crime, tout en étant considéré comme coupable du crime. Cela peut donc entraîner une pénalité réduite.

Sursis

Il s'agit d'un report temporaire d'une peine, généralement afin que l'accusé puisse former un recours. Un sursis peut être accordé à un détenu, ce qui prévoit un retard temporaire dans l'imposition de la peine de mort, en attendant l'issue de son appel, pour lui permettre d'obtenir une réduction de peine. Un sursis n'est qu'un retard et n'est pas une réduction de peine, une commutation de peine ou une grâce.3

Clémence

Un terme fourre-tout pour tout ce qui précède, qui peut également se référer spécifiquement aux amnisties et aux pardons. La clémence est souvent demandée par des gouvernements étrangers qui ne pratiquent pas la peine capitale lorsqu'un de leurs citoyens a été condamné à mort par une nation étrangère. Cela signifie la diminution de la peine du crime sans pardonner le crime lui-même.

Histoire

Les nations du monde entier ont leurs propres règles, lois et procédures uniques pour accorder des grâces et des sursis, avec des différences découlant de la diversité des histoires, de la composition culturelle et des traditions religieuses.

Droit divin des rois

Dans la culture occidentale, les grâces et la clémence résultaient du fait que les dirigeants revendiquaient le «droit divin» de gouverner. Les empereurs romains (tels que Néron, Caligula et Jules César), qui exerçaient le droit absolu de vie et de mort sur leurs sujets, ont été remplacés en Europe par des redevances héréditaires. Au Moyen-Âge, les monarques gouvernaient selon la notion de «droit divin», leurs sujets voulant croire que Dieu autorisait personnellement le droit de leurs rois de gouverner. L'Église catholique romaine médiévale a utilisé l'acte de pardon pour la remise de la peine pour une infraction, en particulier comme une indulgence papale.

Avec un tel pouvoir divin, ces monarques "parfaits" avaient le droit absolu de décider qui devait ou non être arrêté, jugé, condamné, torturé ou exécuté. Parfois, un roi pouvait manifester publiquement sa bienveillance en graciant des individus.

La notion de droit divin des rois a commencé à s'effondrer avec la première guerre civile anglaise. Le conflit national a vu la classe moyenne anglaise se battre contre le monarque William I et ses partisans. Alors que l'armée proposait la suppression de la droite divine des rois et un nouveau gouvernement basé sur une démocratie représentative favorisant l'égalité des droits pour le peuple, Cromwell a prévalu.

Bien que la guerre révolutionnaire américaine ait été inspirée en partie par la position précédemment prise par les niveleurs, un reste de la période britannique de la droite divine a été conservé par les ancêtres américains - le droit absolu de pardonner aux criminels de toutes sortes. Par conséquent, même aujourd'hui, un leader politique américain peut évoquer le privilège exécutif - comme les empereurs romains l'ont fait autrefois - et exercer le droit de pardonner à quelqu'un sans avoir à justifier son action.

Base religieuse

L'acte de pardonner (ou de pardonner) à quelqu'un a des origines religieuses. Dans le récit de Luc sur la crucifixion de Jésus, Jésus dit de la croix: "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font." En parlant ainsi, il a demandé pardon aux responsables de sa mort. Le christianisme enseigne qu'il y a deux aspects au pardon. Le malfaiteur n'a qu'à accepter Jésus comme son sauveur personnel et puisqu'il est indulgent, alors l'affaire est close. Pendant ce temps, le transgressé doit fouiller son cœur et, malgré ses souffrances, doit abandonner tout sentiment négatif envers le malfaiteur.

Le judaïsme enseigne que le malfaiteur doit accepter l'entière responsabilité d'avoir offensé les autres, tout en admettant qu'il a commis un péché sans essayer de justifier le méfait. Le malfaiteur est responsable et doit donc essayer de faire amende honorable.

Le bouddhisme est une philosophie qui enseigne comment vivre une vie morale et éthique. Le pardon n'est pas quelque chose qui peut être commandé, mais il est plutôt accompli en abandonnant des émotions négatives comme la haine et l'envie de vengeance pour atteindre un niveau de conscience plus élevé. Le pardon peut survenir lorsque les émotions négatives ont diminué envers ceux qui pourraient nuire aux autres.

Dans l'Islam, le pardon est le seul domaine d'Allah, qui est connu comme Bienfaisant, Miséricordieux et Pardonneur. Pour que le pardon se produise, le méfait doit être le résultat de l'ignorance, et non du malfaiteur qui s'attend à ce qu'Allah lui pardonne pour son méfait. Le malfaiteur doit ressentir rapidement une honte et des remords authentiques à propos de ses méfaits et, après avoir demandé pardon, il doit s'engager solennellement à changer de voie. Les rachats de lit de mort n'existent pas en Islam, car une personne qui a vécu une vie mauvaise ne peut pas être pardonnée au dernier moment. Dans les pays islamiques, la charia, basée sur des interprétations du Coran, est utilisée pour déterminer la pertinence des grâces.4 5.

Le concept de l'expiation de ses actes répréhensibles (Prayaschitta-Sanskrit: Pénitence), et demander pardon fait partie intégrante de la pratique de l'hindouisme. Prayashitta est liée à la loi du Karma. Le karma est une somme de tout ce qu'un individu a fait, fait actuellement et fera. Les effets de ces actes et de ces actes créent activement des expériences présentes et futures, rendant ainsi l'un responsable de sa propre vie et de la douleur des autres.

Le pardon est adopté par Krishna, qui est considéré comme une incarnation (avatar) de Vishnu par les hindous. Krishna a dit dans le Bhagavad Gita (Chapitre 16, verset 3) que le pardon est l'une des caractéristiques de celui qui est né pour un état divin. Il a distingué ces bons traits de ceux qu'il considérait comme démoniaques, tels que la fierté, la vanité et la colère.

Dans les cultures panthéistes, une personne qui a fait du mal à autrui doit remédier au méfait, qu'il soit intentionnel ou accidentel. La survie est la clé, pas le pardon. Par conséquent, même si une personne est tuée, les proches qui ont porté le fardeau de la mort doivent recevoir l'aide du malfaiteur. Pourtant, si le malfaiteur ne change pas ses façons de faire ou représente une menace continue pour la communauté, il peut être rejeté ou exilé même par ses proches. Le malfaiteur n'aurait alors droit à aucun pardon ni rachat, et mourrait probablement de lui-même.

Situation mondiale

Aujourd'hui, les grâces et les sursis sont accordés dans de nombreux pays lorsque des individus ont démontré qu'ils ont honoré leur dette envers la société, ou qu'ils méritent d'une autre manière (de l'avis du fonctionnaire gracieux) un pardon ou un sursis. Des grâces sont parfois offertes aux personnes qui affirment avoir été condamnées à tort. Certains estiment que l'acceptation d'un tel pardon constitue implicitement un aveu de culpabilité, de sorte que dans certains cas l'offre est refusée (les cas de condamnation injustifiée sont plus souvent traités par appel que par le pardon).

Les nations du monde entier ont une variété de règles et de procédures pour accorder des grâces et des sursis. Une grande partie de ces différences proviennent des concepts culturels et politiques de pardon de chaque nation. Les pardons existent dans les nations totalitaires et communistes, mais ils sont donnés au gré des dirigeants plutôt que basés sur un système de valeurs clair.

Amérique du Nord

États Unis

Aux États-Unis, le pouvoir de grâce pour les délits fédéraux est accordé au président par la Constitution des États-Unis, article II, section 2, qui stipule que le président:

aura le pouvoir d'accorder des sursis et des grâces pour les infractions contre les États-Unis, sauf en cas de mise en accusation.

La Cour suprême a interprété ce libellé comme incluant le pouvoir d'accorder des grâces, des grâces conditionnelles, des commutations de peine, des commutations de peine conditionnelles et des remises d'amendes et de confiscations, des répits et des amnisties.6 Toutes les demandes de grâce fédérale sont adressées au président, qui accède ou refuse la demande. En règle générale, les demandes de grâce sont renvoyées pour examen et recommandation non contraignante par le Bureau du procureur de la grâce, un fonctionnaire du ministère de la Justice. Le pourcentage de pardons et de sursis accordés varie d'une administration à l'autre.7

Alexander Hamilton

Le pouvoir de grâce a été controversé dès le départ; de nombreux anti-fédéralistes se sont souvenus d'exemples d'abus royaux du pouvoir de grâce en Europe et ont averti que la même chose se produirait dans la nouvelle république. Cependant, Alexander Hamilton défend le pouvoir de grâce en Les papiers fédéralistes, en particulier dans Fédéraliste n ° 74. Lors de sa dernière journée au pouvoir, George Washington a accordé le premier pardon fédéral de premier plan aux dirigeants de la rébellion du Whisky.

Beaucoup de pardons ont été controversés; les critiques soutiennent que les pardons ont été utilisés plus souvent pour des raisons d'opportunité politique que pour corriger une erreur judiciaire. L'une des grâces les plus célèbres a été accordée par le président Gerald Ford à l'ancien président Richard Nixon le 8 septembre 1974, pour inconduite officielle qui a donné lieu au scandale du Watergate. Les sondages ont montré qu'une majorité d'Américains désapprouvaient la grâce, et les cotes d'approbation publique de Ford ont chuté par la suite. Parmi les autres utilisations controversées du pouvoir de pardon, mentionnons le pardon généralisé d'Andrew Johnson de milliers d'anciens fonctionnaires et militaires confédérés après la guerre de Sécession, l'octroi d'amnistie par Jimmy Carter aux éboueurs du Vietnam, le pardon de 75 personnes de George HW Bush, dont six Reagan des responsables de l'administration accusés et / ou condamnés dans le cadre de l'affaire Iran-Contra, le pardon de Bill Clinton de terroristes Fuerzas Armadas de Liberación Nacional (Porto Rico) (FALN) et 140 personnes lors de sa dernière journée au pouvoir, dont le fugitif milliardaire Marc Rich, et la commutation par George W. Bush de la peine de prison de I. Lewis "Scooter" Libby.

Le ministère de la Justice recommande que toute personne demandant une réhabilitation doit attendre cinq ans après sa condamnation ou sa libération avant de recevoir une réhabilitation. Une grâce présidentielle peut être accordée à tout moment, cependant, et comme lorsque Ford a gracié Nixon, la personne graciée n'a pas encore été condamnée ni même formellement accusée d'un crime. La clémence peut également être accordée sans dépôt d'une demande officielle et même si le destinataire prévu ne souhaite pas être gracié. Dans l'immense majorité des cas, cependant, le procureur de la grâce ne considérera que les pétitions émanant de personnes qui ont purgé leur peine et, en outre, ont démontré leur capacité à mener une vie responsable et productive pendant une période importante après la condamnation ou la libération de l'internement.8

Une réhabilitation peut être rejetée et doit être acceptée de manière affirmative pour être officiellement reconnue par les tribunaux. L'acceptation entraîne un aveu de culpabilité.9 Cependant, les tribunaux fédéraux n'ont pas encore précisé comment cette logique s'applique aux personnes décédées (comme Henry O. Flipper-qui a été gracié par Bill Clinton), à celles qui sont relevées des sanctions en raison d'amnisties générales, et ceux dont les peines sont relevées par une commutation de peine (qui ne peut être rejetée dans aucun sens de la langue).10

Le pouvoir de grâce du président ne s'applique qu'aux infractions pouvant être reconnues par la loi fédérale des États-Unis. Cependant, les gouverneurs de la plupart des États ont le pouvoir d'accorder la grâce ou le sursis pour des infractions au droit pénal de l'État. Dans d'autres États, ce pouvoir est confié à une agence ou à un conseil nommé, ou à un conseil et au gouverneur dans le cadre d'un arrangement hybride.

Canada

Au Canada, les grâces sont examinées par la Commission nationale des libérations conditionnelles en vertu de la Loi sur le casier judiciaire, du Code criminel et de plusieurs autres lois. Pour les infractions au Code criminel, il y a une période d'attente de trois ans pour les infractions sommaires et une période d'attente de cinq ans pour les actes criminels. La période d'attente commence après la fin de la peine. Une fois gracié, une recherche de casier judiciaire pour cette personne révèle «aucun dossier».

Au Canada, la grâce est accordée par le gouverneur général du Canada ou le gouverneur en conseil (le cabinet fédéral) en vertu de la prérogative royale de miséricorde. Des demandes sont également présentées à la Commission nationale des libérations conditionnelles, comme dans le cas des grâces, mais la grâce peut impliquer la commutation d'une peine, ou la remise de tout ou partie de la peine, un répit de la peine (pour un problème de santé), ou une réparation. d'une interdiction (par exemple pour permettre à quelqu'un de conduire qui avait été interdit de conduire).

L'Europe 

France

Napoléon pardonnant les rebelles au Caire; Pierre-Narcisse Guérin, 1808.

Pardons et actes de clémence (grâces) sont accordées par le président de la France, qui, en dernier ressort, est seul juge de la régularité de la mesure. C'est une prérogative du président qui est directement héritée de celle des rois de France. Le condamné adresse une demande de grâce au Président de la République. Le procureur du tribunal qui a rendu le verdict rend compte de l'affaire, et l'affaire est renvoyée à la direction des affaires criminelles et des pardons du ministère de la Justice pour un examen plus approfondi. S'il est accordé, le décret de grâce est signé par le président, le Premier ministre, le ministre de la Justice et éventuellement d'autres ministres impliqués dans l'examen de l'affaire.

Le décret peut épargner au requérant de purger le reste de sa peine ou commuer la peine en une peine moindre. Il ne supprime pas le droit de la victime du délit à obtenir réparation des dommages subis et n'efface pas la condamnation du casier judiciaire.

Lorsque la peine de mort était en vigueur en France, presque toutes les condamnations à mort ont donné lieu à un réexamen présidentiel en vue d'une éventuelle grâce. Les criminels condamnés se voyaient systématiquement accorder un délai suffisant avant leur exécution pour que leurs demandes de grâce puissent être examinées. Si elle est accordée, la clémence entraîne généralement une commutation en une peine à perpétuité.

Allemagne

Comme aux États-Unis, le droit d'accorder la grâce en Allemagne est divisé entre le niveau fédéral et le niveau de l'État. La compétence fédérale en matière de droit pénal se limite principalement aux recours contre les décisions des tribunaux d'État. Seuls les crimes "politiques" comme la trahison ou le terrorisme sont jugés au nom du gouvernement fédéral par les plus hautes juridictions de l'État. Par conséquent, la catégorie des personnes admissibles à une réhabilitation fédérale est assez étroite. Le droit d'accorder une grâce fédérale incombe au président, mais celui-ci peut transférer ce pouvoir à d'autres personnes, telles que le chancelier ou le ministre de la justice.

Pour tous les autres (et donc la grande majorité) des condamnés, les pardons relèvent de la juridiction des États. Dans certains États, il est accordé par le cabinet respectif, mais dans la plupart des États, la constitution de l'État confère l'autorité au Premier ministre de l'État. Comme au niveau fédéral, l'autorité peut être transférée. L'amnistie ne peut être accordée que par la loi fédérale.

Grèce

La Constitution de la Grèce accorde le pouvoir de grâce au président de la République (art. 47, § 1). Il peut pardonner, commuer ou remettre une peine imposée par n'importe quel tribunal, sur proposition du ministre de la Justice et après avoir reçu l'avis (pas nécessairement le consentement) du comité de grâce.

Irlande

En vertu de la Constitution irlandaise Art 13 Sec 6, le Président peut gracier les criminels condamnés: "Le droit de grâce et le pouvoir de commuer ou de remettre la peine imposée par tout tribunal exerçant une juridiction pénale sont conférés au Président, mais ce pouvoir de commutation ou la remise peut également être conférée par la loi à d'autres autorités. "

Italie

En Italie, le Président de la République peut «accorder des grâces ou commuer des peines» conformément à l'article 87 de la Constitution italienne. Comme d'autres actes du président, la grâce requiert la contreseing du ministre compétent du gouvernement. La Cour constitutionnelle italienne a jugé que le ministre de la Justice était obligé de signer des actes de grâce.11 La réhabilitation peut supprimer complètement la peine ou modifier sa forme. Sauf si le décret de grâce en dispose autrement, la grâce ne supprime pas les effets accessoires d'une condamnation pénale, tels qu'une mention dans un certificat de conduite (174 ch.).

Selon l'article 79 de la Constitution italienne, un vote à la majorité des deux tiers du Parlement peut accorder l'amnistie (article 151 c.p.) et la grâce (article 174 c.p.).

Pologne

En Pologne, le Président bénéficie du droit de grâce en vertu de l'article 133 de la Constitution de la République de Pologne. En octobre 2008, 7 819 personnes avaient été graciées et 3 046 appels avaient été rejetés.

  • Lech Wałęsa
    • approuvé - 3 454
    • refusé - 384
  • Aleksander Kwaśniewski
    • approuvé - 3 295 (le premier mandat); 795 (le deuxième terme); total - 4 090
    • décliné - 993 (premier mandat); 1 317 (le deuxième terme); total - 2 310
  • Lech Kaczyński (jusqu'en octobre 2007)
    • approuvé - 77
    • refusé - 550

Russie

Le président de la Fédération de Russie bénéficie du droit de grâce en vertu de l'article 89 de la Constitution de la Fédération de Russie. Le comité des grâces gère les listes de personnes éligibles à la grâce et les dirige vers le président pour signature. Alors que le président Boris Eltsine a fréquemment utilisé son pouvoir de grâce, son successeur Vladimir Poutine était beaucoup plus hésitant; au cours des dernières années de sa présidence, il n'a accordé aucune grâce.

Suisse

En Suisse, la grâce peut être accordée par l'Assemblée fédérale suisse pour les délits poursuivis par les autorités fédérales. Pour les délits relevant de la compétence cantonale, le droit cantonal désigne l'autorité compétente pour accorder la grâce (le cas échéant). Dans la plupart des cantons, le parlement cantonal peut pardonner les crimes et le gouvernement cantonal peut pardonner les délits et les infractions mineures.

Royaume-Uni

Le pouvoir d'accorder des grâces et des sursis est une prérogative royale de miséricorde du monarque du Royaume-Uni. Il était traditionnellement du pouvoir absolu du monarque de pardonner et de libérer un individu qui avait été reconnu coupable d'un crime de cette condamnation et de la peine prévue. Des grâces ont été accordées à de nombreuses personnes au XVIIIe siècle à condition que les criminels condamnés acceptent le transport à l'étranger, comme en Australie. La première Général Pardon en Angleterre a été délivré pour célébrer le couronnement d'Edouard III en 1327. En 2006, tous les soldats britanniques exécutés pour lâcheté pendant la Première Guerre mondiale ont été graciés, résolvant une longue controverse sur la justice de leurs exécutions.12

Aujourd'hui, cependant, le monarque ne peut accorder une grâce que sur les conseils du ministre de l'Intérieur ou du premier ministre d'Écosse (ou du secrétaire à la Défense dans les affaires de justice militaire), et la politique du Home Office et du Scottish Executive est uniquement d'accorder la grâce à ceux qui sont «moralement» innocents de l'infraction (par opposition à ceux qui peuvent avoir été condamnés à tort pour mauvaise application de la loi). Les grâces ne sont généralement plus délivrées avant la condamnation, mais seulement après la condamnation. La grâce n'est plus considérée comme annulant la condamnation elle-même, mais elle supprime uniquement la peine imposée. Le recours à cette prérogative est désormais rare, en particulier depuis la création de la Criminal Cases Review Commission et de la Scottish Criminal Cases Review Commission, qui prévoient un recours statutaire pour les erreurs judiciaires.

Selon l'Act of Settlement, une réhabilitation ne peut pas empêcher une personne d'être mise en accusation par le Parlement, mais peut annuler la peine après une condamnation. En Angleterre et au Pays de Galles, personne ne peut être gracié pour une infraction à l'article 11 de la loi Habeas Corpus de 1679 (transport illégal de prisonniers hors d'Angleterre et du pays de Galles).13

Autre

Hong Kong

Avant le transfert de la souveraineté de Hong Kong à la Chine en 1997, le pouvoir de grâce était une prérogative royale de miséricorde du monarque du Royaume-Uni. Celui-ci a été utilisé et cité le plus souvent dans les cas de détenus condamnés à mort: de 1965 à 1993 (date à laquelle la peine de mort a été officiellement abolie), ceux qui ont été condamnés à mort ont été automatiquement commués en réclusion à perpétuité en vertu de la prérogative royale.

Depuis le transfert, le Directeur général de Hong Kong exerce le pouvoir d'accorder la grâce et de commuer les sanctions en vertu de l'article 12 de la Loi fondamentale de Hong Kong: "Le Directeur général de la Région administrative spéciale de Hong Kong exerce les pouvoirs et fonctions suivants ... Pardonner aux personnes reconnues coupables d'infractions pénales ou commuer leurs peines. "

Inde

En vertu de la Constitution de l'Inde (article 72), le président peut accorder une grâce ou réduire la peine d'un condamné, en particulier dans les cas impliquant la peine capitale. Un pouvoir similaire et parallèle appartient aux gouverneurs de chaque État en vertu de l'article 161.

Cependant, il est important de noter que l'Inde a une structure de gouvernement unitaire et qu'il n'y a pas de corpus de lois étatiques. Tous les crimes sont des crimes contre l'Union de l'Inde. Par conséquent, une convention a développé que les pouvoirs du gouverneur ne sont exercés que pour les délits mineurs, tandis que les demandes de grâce et de sursis pour les délits majeurs et les délits commis dans les territoires de l'Union sont renvoyées au président.

Iran

En République islamique d'Iran, le Guide suprême a le pouvoir de pardonner et d'offrir la clémence en vertu de la Constitution, article 110, § 1, §§ 11.

Israël

En Israël, le président a le pouvoir de pardonner aux criminels ou de leur accorder la clémence. La grâce est accordée sur recommandation du ministre de la Justice.

Après l'affaire Kav 300, résultant du détournement d'un bus israélien par des hommes armés palestiniens en 1984 et des allégations selon lesquelles deux des hommes armés auraient été exécutés par des agents du Service général de sécurité (Shin Bet) alors qu'ils étaient détenus, le président Chaim Herzog a gracié quatre membres du Shin Bet avant leur mise en accusation. Cet acte inhabituel était le premier du genre en Israël.

Afrique du Sud

En vertu de l'article 84 (2) j) de la Constitution de la République sud-africaine de 1996 (loi 108 de 1996), le président de la République sud-africaine est responsable du pardon ou du renvoi des contrevenants. Ce pouvoir du président n'est exercé que dans des cas très exceptionnels.

Le pardon n'est accordé que pour des délits mineurs après une période de dix ans depuis la condamnation. Pour de nombreuses infractions graves (par exemple, si le tribunal compétent a considéré l'infraction sous un jour si grave que l'emprisonnement direct a été imposé), la grâce ne sera pas accordée même si plus de dix ans se sont écoulés depuis la condamnation.

Problèmes sociaux

La notion de pardon est généralement considérée comme une affaire privée entre les individus, et dans certaines cultures a été considérée comme une action entreprise par des personnes faibles, c'est-à-dire celles qui n'ont pas la capacité de se venger. En effet, une personne qui pardonne à une autre pourrait même être considérée comme un lâche. Le pardon est souvent considéré comme non lié à des problèmes sociaux plus importants ou à des préoccupations sociales qui ont un impact sur la vie de nombreuses personnes. Cependant, lorsque le pardon est pratiqué par un agent public sous la forme d'un pardon ou d'un sursis, les préoccupations sociales entrent invariablement en jeu.

Un élément social clé du pardon est que le fait de pardonner - ou d'accorder un pardon ou un sursis - ne compense pas le besoin de punition et de récompense. Cependant, la notion de pardon est intimement liée aux idées de repentance et de réconciliation. Dans le système juridique américain, entre autres, la société a mis l'accent sur la réhabilitation du malfaiteur, même après la grâce ou la récompense. Bien qu'il soit important de faire respecter l'état de droit et de prévenir les erreurs judiciaires, la société cherche également à éviter la précipitation vers le jugement.

Une autre considération débattue publiquement est de savoir si le fait de pardonner à quelqu'un ou d'accorder un sursis peut changer le comportement de la personne pardonnée. Il n'y a pas de relation de cause à effet prouvée entre l'acte de pardon et le comportement criminel futur ou son absence. Les militants sociaux ont fait valoir que la réadaptation et la réconciliation sont la meilleure solution pour décourager les futurs comportements criminels. Pour d'autres, cependant, l'acte de pardonner au malfaiteur est plus efficace que la punition.

Il y a aussi le problème que le pouvoir de pardonner est susceptible d'abus s'il est appliqué de manière incohérente, sélective, arbitraire ou sans directives strictes accessibles au public. Le principe de l'Etat de droit se veut une protection contre une telle gouvernance arbitraire. Dans sa forme la plus élémentaire, c'est le principe que personne n'est au-dessus de la loi. Comme Thomas Paine l'a déclaré dans sa brochure Bon sens (1776), "Car, comme dans les gouvernements absolus, le roi est loi, ainsi dans les pays libres, la loi doit être roi; et il ne doit pas y en avoir d'autre" Ainsi, alors que le pardon et la miséricorde peuvent être considérés comme des traits souhaitables dans une société saine, ceux-ci ne devraient pas remplacer un système juridique valide et fonctionnant correctement, mais devraient plutôt y être incorporés.

Pardons notables

Le président Ronald Reagan est rejoint par les anciens présidents Richard Nixon, Gerald Ford et Jimmy Carter, le 8 octobre 1981.
  • En 1794, George Washington pardonna aux chefs de la rébellion du whisky, une manifestation de Pennsylvanie contre les taxes fédérales sur les «spiritueux».
  • En 1799, John Adams a gracié les participants au soulèvement de Fries, une manifestation de Pennsylvanie contre les impôts fonciers fédéraux.
  • En 1869, Andrew Johnson a gracié Samuel Mudd, un médecin qui a soigné la jambe cassée de l'assassin d'Abraham Lincoln, John Wilkes Booth.
  • En 1971, Richard Nixon a commué la peine du dirigeant syndical Jimmy Hoffa, qui avait été reconnu coupable de falsification de jury et de fraude.
Iva Toguri ("Tokyo Rose")
Patty Hearst à la banque Hibernia, San Francisco, 15 avril 1974.
  • En 1974, Gerald Ford a gracié Richard Nixon, prévenant toute condamnation pour des délits liés au Watergate. Dans une émission télévisée à la nation, Ford a expliqué qu'il estimait que le pardon était dans le meilleur intérêt du pays et que la situation de la famille Nixon "est une tragédie américaine dans laquelle nous avons tous joué un rôle. Elle pourrait continuer indéfiniment et ou quelqu'un doit y écrire la fin. J'ai conclu que je suis le seul à pouvoir le faire, et si je le peux, je le dois. "14
  • En 1977, Ford a gracié "Tokyo Rose" (Iva Toguri), un Américain contraint de diffuser de la propagande aux troupes alliées au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • En 1979, Jimmy Carter a commué la peine de vol à main armée de Patricia Hearst. Elle a été graciée par Bill Clinton en 2001.
  • En 1989, Ronald Reagan a gracié le propriétaire des Yankees de New York, George Steinbrenner, pour sa contribution illégale à la campagne de réélection de Nixon en 1972.
  • En 1992, George H.W. Bush a gracié six accusés dans l'enquête contre l'Iran, dont l'ancien secrétaire à la défense Caspar Weinberger et l'ancien conseiller à la sécurité nationale Robert McFarlane.
  • En 2001, Clinton a gracié le fugitif milliardaire Marc Rich, son demi-frère Roger Clinton et Susan McDougal, qui sont allés en prison pour avoir refusé de répondre aux questions sur les transactions de Clinton en eaux vives.
  • En 2002, 11 combattants rebelles d’origine albanaise ont été graciés par le président macédonien Boris Trajkovski. L'amnistie faisait partie d'un plan de paix soutenu par l'Occident, destiné à mettre fin à une insurrection de guérilleros albanais.
  • En 2007, cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien ont été graciés par le président bulgare Georgi Parvanov à leur arrivée à Sofia, après avoir passé huit ans et demi en prison en Libye. Les médecins ont été condamnés à la prison à vie en Libye pour avoir contaminé des enfants par le virus du sida.
  • en 2008, le président tchadien Idriss Deby a gracié six ressortissants français reconnus coupables en 2007 d'avoir enlevé plus de 100 enfants de l'est du Tchad dans ce qu'ils ont appelé une mission humanitaire.
  • En 2008, le gouvernement suisse a gracié Anna Goeldi 226 ans après avoir été décapitée pour être une sorcière. Goeldi était la dernière personne en Europe à être exécutée pour sorcellerie.

Remarques

  1. ↑ Amnesty et Pardon - Terminologie et étymologie Récupéré le 5 février 2009.
  2. ↑ Amnesty et Pardon - Clemency Powers In The Twentieth Century Récupéré le 5 février 2009.
  3. ↑ Gerald N. Hill et Kathleen T. Hill, Reprieve, Farlex Inc., 2005. Consulté le 5 février 2009.
  4. ↑ George Conger, Appel pour une Saoudienne passible de la peine de mort pour «sorcellerie» Intelligence religieuse. 15 février 2008. Récupéré le 5 février 2009.
  5. ↑ Walter Jayawardhana, la représentation d'un avocat n'est pas requise en vertu de la charia pour qu'un mineur condamné à mort, déclare le quotidien saoudien, Tribune asiatique, 2007-07-19. Récupéré le 5 février 2009.
  6. ↑ P. S. Ruckman, Jr., «Executive Clemency in the United States: Origins, Development, and Analysis (1900-1993)», Études présidentielles trimestrielles 27 (1997): 251-271.
  7. ↑ P. S. Ruckman, Jr., Pardons présidentiels par administration, 1789-2001, Pardonnez-moi, monsieur le président.
  8. ↑ Département de la justice des États-Unis, Clemency Regulations Rules Governing Petitions for Executive Clemency, United States Department of Justice. Récupéré le 5 février 2009.
  9. Burdick c. États-Unis, 236 États-Unis 79 (1915)
  10. Chapman c. Scott (C. C. A.) 10 F. (2d) 690)
  11. ↑ Pardons en Italie TripAtlas.com. Récupéré le 8 février 2009.
  12. ↑ Ben Fenton, Pardonné: les 306 soldats abattus à l'aube pour «lâcheté», Telegraph.co.uk, 16 août 2006. Consulté le 5 février 2009.
  13. ↑ The UK Statute Law Database, Habeas Corpus Act 1679 (c. 2). Récupéré le 5 février 2009.
  14. ↑ Gerald R. Ford Gerald R. Ford Pardonnant Richard Nixon Great Speeches Collection, The History Place, 8 septembre 1974. Récupéré le 6 février 2009.

Les références

  • Crouch, Jeffrey P. Le pouvoir de grâce présidentielle. doctorat thèse. Washington, DC: Université catholique d'Amérique, 2008. OCLC 263428239
  • Voir la vidéo: RIDSA - Pardon Clip Officiel (Mai 2020).

    Pin
    Send
    Share
    Send