Je veux tout savoir

Néfertiti

Pin
Send
Share
Send


Un "autel de maison" représentant Akhenaton, Néfertiti et trois de leurs filles; calcaire c. 1350 avant notre ère, Ägyptisches Museum Berlin

La filiation de Néfertiti n'est pas connue avec certitude, mais on pense généralement qu'elle était la fille d'Ay, plus tard pharaon après Toutankhamon. Elle avait une sœur cadette, Moutnemendjet. Une autre théorie identifie Néfertiti avec la princesse Mitanni Tadukhipa.

Néfertiti était mariée à Amenhotep IV vers 1357 avant notre ère. et a ensuite été promu pour être sa reine. Des images existent représentant Néfertiti et le roi chevauchant ensemble dans un char, s'embrassant en public, et Néfertiti assis sur les genoux du roi, ce qui a amené les chercheurs à conclure que la relation était amoureuse. Le couple a eu six filles connues, dont deux sont devenues des reines d'Egypte:

  • Mérite: b. 1356 avant notre ère, qui aurait servi de reine à son père
  • Meketaten: b. 1349 avant notre ère, décédé à 13 ou 14 ans
  • Ankhesenpaaten: b. 1346 avant notre ère, également connue sous le nom d'Ankhesenamen, plus tard reine de Toutankhamon,
  • Neferneferuaten Tasherit: b. 1344 av.
  • Neferneferure: b. 1341 avant notre ère
  • Setepenre: b. 1339 av.

La féminité était importante pour Akhenaton / Amenhotep à la fois dans sa vie personnelle et dans sa foi. Aucun autre fondateur d'une religion dans le monde antique n'est connu pour qui les femmes ont joué un rôle comparable. Akhenaton avait un certain nombre de femmes différentes représentées dans presque toutes les images d'un rituel culte ou d'une cérémonie d'État qu'il a dirigée en tant que roi dans sa capitale à Amarna, honorant le dieu solaire, où Néfertiti en particulier est très en évidence.

De nombreuses images représentent toute la famille royale dans des scènes domestiques. Néfertiti est présentée comme une épouse et une mère bien-aimée. L'amour légendaire du roi Akhenaton apparaît dans les hiéroglyphes d'Amarna, et il a même écrit un poème d'amour à Néfertiti:

"… Et l'héritière, grande dans le palais, foire de visage, ornée des doubles plumes, maîtresse du bonheur, dotée de faveurs, à l'entendre dont le roi se réjouit, l'épouse en chef du roi, sa bien-aimée, la Dame de les Deux Terres, Neferneferuaten-Nefertiti, Puisse-t-elle vivre pour toujours et toujours… " 1

Nouvelle religion

Au cours de l'année 4 du règne d'Amenhotep IV (1346 avant notre ère), le dieu solaire Aton est devenu le dieu national dominant. Le roi a mené une révolution religieuse fermant les anciens temples et promouvant le rôle central d'Aton. Néfertiti avait joué un rôle de premier plan dans l'ancienne religion, et cela a continué dans le nouveau système. Elle adorait aux côtés de son mari et occupait la position royale inhabituelle de prêtre d'Aton. Dans la nouvelle religion, pratiquement monothéiste, le roi et la reine étaient considérés comme "une première paire primitive", à travers laquelle Aten a fourni ses bénédictions. Ils formèrent ainsi une triade royale ou trinité avec Aton, à travers laquelle la "lumière" d'Aten fut distribuée à toute la population.

Néfertiti montrée aussi grande que son mari, indiquant son importance

Cette année devrait marquer le début de la construction par le roi d'une nouvelle capitale, Akhetaten, ("L'horizon de l'Aton") à ce qui est connu aujourd'hui comme Amarna. Au cours de sa cinquième année, Amenhotep IV a officiellement changé son nom pour Akhenaton. Au cours de l'année 7 (1343 avant notre ère), la capitale a été transférée de Thèbes à Amarna, bien que la construction de la ville semble avoir continué pendant deux années supplémentaires (jusqu'en 1341 avant notre ère). La nouvelle ville était dédiée à la nouvelle religion du couple royal, et le célèbre buste de Néfertiti aurait également été créé à cette époque. Le buste lui-même est remarquable pour illustrer la compréhension unique qu'avaient les Égyptiens antiques concernant les proportions réalistes du visage.

Sur les images, Néfertiti est représentée comme un symbole de fertilité, avec des images des six filles du couple fréquemment montrées. Elle expose la même mode vestimentaire que sur les images de Tefnut, l'épouse du dieu Amon. Elle porte la même robe moulante "collante attachée avec une ceinture rouge avec les extrémités suspendues devant. Elle porte également la coiffure courte arrondie ... illustrée par une perruque nubienne, la coiffure de ses années précédentes, alternant avec une perruque tripartite de la reine, les deux sécurisé par un diadème, remplacé par une couronne à double plumes et un disque, comme Tiye et ses homologues Kushite plus tard. " Certaines images la montrent vêtue d'une casquette en forme de mortier qui était le couvre-chef de Tefnut, dans son aspect léonin d'un sphinx après la quatrième année royale. Néfertiti était alors appelée «Tefnut elle-même», à la fois fille et épouse du dieu soleil. Par conséquent, Néfertiti a joué un rôle égal avec le roi qui était l'image de Re / Ra.2

Gros plan d'un relief en calcaire représentant Néfertiti frappant une femme captive sur une barge royale. Présentée au Museum of Fine Arts de Boston.

Dans une inscription estimée au 21 novembre de l'an 12 (environ 1338 avant notre ère), sa fille Meketaten est mentionnée pour la dernière fois; elle serait décédée peu de temps après cette date. Plusieurs fragments ont été trouvés à Akhetaten indiquant qu'elle était décédée et sont maintenant situés dans les musées du Louvre et de Brooklyn3. Un relief dans la tombe d'Akhenaton dans l'oued royal à Amarna semble montrer ses funérailles.

Pendant le règne d'Akhenaton (et peut-être après) Néfertiti jouissait d'un pouvoir sans précédent, et à la douzième année de son règne, il est prouvé qu'elle a peut-être été élevée au rang de co-régente, au même titre que le pharaon lui-même. Elle est souvent représentée sur les murs du temple de la même taille que lui, ce qui signifie son importance, et est représentée seule adorant le dieu Aton4. Peut-être le plus impressionnant, Néfertiti est montré sur un relief du temple d'Amarna frappant un ennemi étranger avec une masse devant Aton. Ces représentations étaient traditionnellement réservées au pharaon seul, et pourtant Néfertiti était représenté comme tel.

Akhenaton a fait sculpter la figure de Néfertiti aux quatre coins de son sarcophage de granit, et c'est elle qui est représentée comme assurant la protection de sa maman, un rôle traditionnellement joué par les divinités féminines traditionnelles d'Égypte: Isis, Nephthys, Selket et Neith .

Règle de Néfertiti et / ou disparition

Akhenaton et Néfertiti, Louvre

Au cours de l'année royale 12, le nom de Néfertiti cesse d'être trouvé. Certains pensent qu'elle est morte d'une peste qui a balayé la région ou est tombée en disgrâce, mais les théories récentes ont nié cette affirmation.

Peu de temps après sa disparition des archives historiques, Akhenaton a engagé un co-régent avec qui il partageait le trône d'Égypte. Cela a provoqué des spéculations considérables sur l'identité de cette personne. Une théorie affirme que c'était Néfertiti elle-même sous une nouvelle forme en tant que femme roi, suivant le rôle historique d'autres femmes dirigeantes telles que Sobkneferu et Hatshepsut. Une autre théorie introduit l'idée de l'existence de deux co-régents, un fils de sexe masculin, Smenkhkare et Nefertiti sous le nom de Neferneferuaten (traduit par "L'Aton rayonne de rayonnement parce que le beau est venu" ou "Perfect One of the Aten's Perfection" ").

La Coregency Stela peut la montrer comme une co-régente avec son mari, faisant croire à certaines écoles de pensée que Néfertiti a statué brièvement après la mort de son mari et avant l'accession de Toutankhamon, bien que cette identification soit mise en doute par des recherches récentes.5

Certains érudits sont catégoriques sur le fait que Néfertiti assume le rôle de co-régent pendant ou après la mort d'Akhenaton. Jacobus Van Dijk, responsable de la section Amarna du Histoire d'Oxford de l'Egypte ancienne, estime que Néfertiti est effectivement devenue co-régente avec son mari, et que son rôle de reine consort a été repris par sa fille aînée, Meryetaten (Meritaten) avec laquelle Akhenaton a eu plusieurs enfants. (Le tabou contre l'inceste n'existait pas pour les familles royales d'Égypte.) De plus, ce sont les quatre images de Néfertiti qui ornent le sarcophage d'Akhenaton, pas les déesses habituelles, ce qui indique son importance continue pour le pharaon jusqu'à sa mort et réfute l'idée que elle est tombée en disgrâce. Cela montre également son rôle continu en tant que divinité ou semi-divinité avec Akhenaton.

Masque de la momie de Toutankhamon, Le Caire

D'autre part, Cyril Aldred, auteur de Akhenaton: Roi d'Egypte, déclare qu'un funéraire shawabti trouvé dans la tombe d'Akhenaton indique que Néfertiti était simplement une reine régnante, pas une co-régente et qu'elle est décédée au cours de l'année royale 14 du règne d'Akhenaton, sa fille mourant l'année précédente.

Certaines théories soutiennent que Néfertiti était encore en vie et a exercé une influence sur les jeunes royaux qui se sont mariés à l'adolescence. Néfertiti aurait préparé sa mort et la succession de sa fille, Ankhesenpaaten, maintenant nommée Ankhsenamun, et de son beau-fils et maintenant gendre, Toutankhamon. Cette théorie fait que Neferneferuaten meurt après deux ans de royauté et est ensuite succédé par Toutankhamon, qui aurait été un fils d'Akhenaton. Le nouveau couple royal était jeune et inexpérimenté, quelle que soit l'estimation de son âge. Dans cette théorie, la vie de Néfertiti aurait pris fin au cours de l'année 3 du règne de Toutankhaten (1331 avant notre ère). Cette année-là, Toutankhaten a changé son nom en Toutankhamon et a abandonné Amarna pour rendre la capitale à Thèbes, comme preuve de son retour au culte officiel d'Amon.

Comme les archives sont incomplètes, il se peut que les découvertes futures des archéologues et des historiens développent de nouvelles théories vis-à-vis de Néfertiti et de sa sortie précipitée de la scène publique.

Momie manquante

Il n'y a aucune information concrète disponible concernant la mort ou l'enterrement de Néfertiti, et l'emplacement du corps de Néfertiti a longtemps été un sujet de curiosité et de spéculation.

Région de la Vallée des Rois

Le 9 juin 2003, l'archéologue Joann Fletcher, spécialiste des cheveux anciens de l'Université de York en Angleterre, a annoncé que la momie de Néfertiti était peut-être l'une des momies anonymes stockées dans la tombe Ahmenhotep II, KV35 connue sous le nom de "la jeune femme". Fletcher indique également d'autres indices d'un lobe d'oreille percé en double, qui, selon elle, était une "déclaration de mode rare dans l'Égypte ancienne"; une tête rasée; et l'impression claire de la bande frontale ajustée portée par la royauté. "Pensez à la haute couronne bleue bien ajustée portée par Néfertiti, quelque chose qui aurait nécessité une tête rasée pour s'adapter correctement", a déclaré Fletcher.6 L'égyptologue Marianne Luban avait déjà fait la même spéculation dès 1999 dans un article intitulé "Avons-nous la momie de Néfertiti?"7 En outre, Fletcher a suggéré que Néfertiti était en fait le pharaon Smenkhkare. Certains égyptologues maintiennent ce point de vue, bien que la majorité d'entre eux croient que Smenkhkare était une personne distincte.

L'équipe de Fletcher a affirmé que la momie qu'ils avaient examinée était endommagée d'une manière suggérant que le corps avait été délibérément profané dans l'antiquité. Les techniques de momification, telles que l'utilisation de liquide d'embaumement et la présence d'un cerveau intact, suggèrent une momie royale de la XVIIIe dynastie. D'autres caractéristiques soutiennent l'identification étaient l'âge du corps, la présence de perles de nefer incrustées et une perruque d'un style rare portée par Néfertiti. Ils ont en outre affirmé que le bras de la momie était à l'origine plié dans la position réservée aux pharaons tenant un sceptre royal, mais a ensuite été cassé et remplacé par le bras dans une position normale.

Promenade dans le jardin par le couple royal

Cependant, la plupart des égyptologues, parmi lesquels Kent Weeks et Peter Locavara, rejettent généralement les affirmations de Fletcher comme non fondées. En l'absence de preuves ADN, toute preuve circonstancielle, telle que la coiffure et la position du bras, n'est pas suffisamment fiable pour identifier une seule personne historique spécifique. La dix-huitième dynastie était l'une des dynasties les plus grandes et les plus prospères de l'Égypte ancienne, et une momie royale féminine pouvait être l'une des cent épouses ou filles royales de la dynastie depuis plus de 200 ans sur le trône.

Des recherches récentes sur "La jeune femme" ont été menées par l'archéologue égyptienne Zahi Hawass, chef du Conseil suprême égyptien des antiquités. La momie a été soumise à une analyse par tomodensitométrie et les chercheurs ont conclu qu'elle pourrait être la mère biologique de Toutankhamon, Kiya, plutôt Néfertiti. De plus, il y a une controverse sur l'âge et le sexe de la momie.

Un article dans Un journal moderne de l'Égypte ancienne par Susan E. James suggère que la momie "Elder Lady" (trouvée dans la même tombe) pourrait être le corps de Néfertiti.8 Cependant, d'autres preuves suggèrent qu'il s'agit en fait d'une autre reine, Tiye.

À ce jour, la momie de Néfertiti, la célèbre et emblématique reine égyptienne, n'a pas été trouvée de manière concluante.

Héritage

Statue de Néfertiti en calcaire

La place de Néfertiti en tant qu'icône dans la culture populaire est sûre car elle est devenue une sorte de célébrité en raison de la rare découverte de son buste. Après Cléopâtre, elle est la deuxième reine d'Égypte la plus célèbre de l'imaginaire occidental et son image a influencé, à travers des photographies et changé les normes de beauté féminine du XXe siècle, et est souvent considérée comme "la plus belle femme du monde" . "

Son héritage le plus important, cependant, peut être qu'elle et le pharaon Akhenaton ont essayé d'établir une religion monothéiste en Égypte, qui, si elle avait survécu, aurait créé une histoire très différente pour le Moyen-Orient, avec des ramifications importantes pour la religion actuelle / l'agitation politique de la région.

Remarques

  1. ↑ Néfertiti crystalinks.com Récupéré le 5 novembre 2008.
  2. ↑ Jimmy Dunn, reine Néfertiti d'Égypte (1999) touregypt.net Récupéré le 6 novembre 2008.
  3. ↑ Aidan Dodson et Dyan Hilton. Les familles royales complètes de l'Égypte ancienne. (Thames et Hudson, 2004), 156
  4. ↑ Nicholas Reeves. Akhenaton: le faux prophète égyptien. (Thames et Hudson, 2005), 172
  5. ↑ James Allen, La succession d'Amarna history.memphis.edu récupéré le 5 novembre 2008.
  6. ↑ Jimmy Dunn, reine Néfertiti d'Égypte, (1999) touregypt.net Récupéré le 6 novembre 2008.
  7. ↑ Marianne Laban, avons-nous la momie de Néfertiti? geocities.com Tous les liens ont été récupérés le 5 novembre 2008.
  8. ↑ Susan E. James, article du KMT «Qui est Elder Lady» egyptology.com Récupéré le 5 novembre 2008.

Les références

  • Aldred, Cyril. Akhenaton: Roi d'Egypte. Thames and Hudson Ltd, 1988. ISBN 0500276218.
  • Aldred, Cyril. Akhenaton et Néfertiti. The Viking Press, 1973. ASIN B000I6LVC2
  • Allen, James. Moyen-égyptien: une introduction à la langue et à la culture des hiéroglyphes. Cambridge University Press, 1999. ISBN 9780521774833.
  • Clayton, Peter A. Chronique des pharaons (Le récit règne par règne des souverains et des dynasties de l'Égypte ancienne). Thames and Hudson Ltd, 1994. ISBN 0500050740.
  • Dodson, Aidan et Dyan Hilton. Les familles royales complètes de l'Égypte ancienne. Thames & Hudson, 2004. ISBN 978-0500051283.
  • Freed, Rita E., Sue D'Auria et Yvonne J. Markowitz, (éd.), Pharaons du Soleil: Akhenaton, Néfertiti, Toutankhamon. (1999)
  • Grimal, Nicolas. Une histoire de l'Égypte ancienne. Wiley-Blackwell, 1994. ISBN 978-0631193968.
  • Reeves, Nicholas. Akhenaton: le faux prophète égyptien. Thames & Hudson, 2005. ISBN 0500285527.
  • Reeves, Nicholas et Richard H. Wilkinson. La vallée complète des rois. Thames & Hudson, 2008. ISBN 978-0500284032.
  • Shaw, Ian. L'histoire d'Oxford de l'Egypte ancienne. Oxford University Press, États-Unis, 2004. ISBN 978-0192804587.
  • Smith, G. Elliot. Les momies royales. Duckworth Publishers, (orig. 1912) 2000. ISBN 978-0715629598.
  • Tyldesley, Joyce. Néfertiti: la reine du soleil d'Egypte. Viking Adult, 1999. ISBN 978-0670869985.
  • Tyldesley, Joyce. Chronique des reines d'Egypte. Thames & Hudson, 2006. ISBN 978-0500051450.

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 14 novembre 2018.

  • Reine Néfertiti Liens de cristal
  • Néfertiti, peut-être la plus belle reine d'Egypte Tour Égypte

Pin
Send
Share
Send