Pin
Send
Share
Send


Thucydide (vers 460 avant notre ère - vers 400 avant notre ère), grec Θουκυδίδης, Thoukudídēs) était un historien grec ancien, et l'auteur de la Histoire de la guerre du Péloponnèse, qui raconte les événements des 21 premières années de la guerre de 28 ans entre Sparte et Athènes au Ve siècle avant notre ère. (432 - 404 avant notre ère). Ceci est largement considéré comme le premier ouvrage de l'histoire scientifique, décrivant les événements du monde humain tels qu'ils sont produits par des hommes agissant à partir de motifs ordinaires, sans l'intervention des dieux ou du surnaturel.

Thucydide a écrit de façon critique et objective, démontrant une capacité considérable à analyser le caractère et à retracer la relation entre cause et effet dans les événements de l'histoire. Histoire de la guerre du Péloponnèse était inachevé et contenait quelques incohérences, mais c'était un récit dramatique et puissant. Thucydide a reconstruit les débats et les discours pour montrer comment les décisions ont été prises, indiquant qu'il s'est entraîné avec plusieurs sophistes. Beaucoup de ces discours étaient fondés sur la prémisse que les gens se soucient davantage de leurs propres intérêts étroits que de la cause de la justice. Cette vision pessimiste de la nature humaine a plus tard eu une influence sur Thomas Hobbes. Le style des débats et des discours a eu un effet durable sur l'étude de la rhétorique. Le compte rendu de Thucydide sur la démocratie athénienne en action avait pour but de démontrer ses faiblesses potentielles. Certaines de ses opinions politiques conservatrices anticipaient celles d'Aristote.

La vie

Les seuls faits certains sur la vie de Thucydide sont ceux qu'il a révélés au cours de son propre récit, L'histoire de la guerre du Péloponnèse. Il était athénien et lorsque la guerre du Péloponnèse a commencé en 431 avant notre ère. il était probablement dans la vingtaine, assez vieux pour comprendre l'importance de la guerre et pour commencer à écrire sur les événements qui l'ont provoquée. Cela signifierait qu'il est né au plus tard à 460 avant notre ère.

Le père de Thucydide était Olorus,1 un nom lié à la Thrace et à la royauté thrace.2 Sa fille aurait été enterrée dans la même région que Créon, un prince ou roi thrace. Thucydide, né à Alimos, était lié par sa famille à l'homme d'État athénien et au général Miltiades, et à son fils Cimon, chefs de l'ancienne aristocratie supplantée par les démocrates radicaux. Thucydide vivait entre ses deux maisons, à Athènes et en Thrace. Ses liens familiaux l'ont mis en contact avec les dirigeants politiques qui ont façonné l'histoire dont il a parlé.

Thucydide était à Athènes lorsque la grande peste a ravagé la ville entre 430 et 427 avant notre ère, tuant Périclès ainsi que des milliers d'autres Athéniens.3. Il a lui-même attrapé la maladie et a vu d'autres souffrir autour de lui.4 Thucydide avait plus de trente ans lorsqu'il a été nommé Strategos (général) en 424 av. et donné le commandement d'un escadron de sept navires, stationné à Thasos, probablement en raison de ses connexions avec la région.

Au cours de l'hiver 424-423 avant notre ère, le général spartiate Brasidas a attaqué Amphipolis, à une demi-journée de navigation à l'ouest de Thasos sur la côte thrace. Eucles, le commandant athénien d'Amphipolis, envoyé à Thucydide pour obtenir de l'aide.5 Brasidas, conscient de la présence de Thucydide sur Thasos et de son influence auprès des habitants d'Amphipolis et craignant d'être aidé par voie maritime, a agi rapidement pour offrir des conditions modérées aux Amphipolitains pour leur reddition, qu'ils ont acceptée. Lorsque Thucydide est arrivé, Amphipolis était déjà sous contrôle spartiate6 Amphipolis avait une importance stratégique considérable et la nouvelle de sa chute provoqua une grande consternation à Athènes.7 Thucydide a été exilé d'Athènes pendant 20 ans en raison de son incapacité à sauver Amphipolis; il a utilisé son statut d'exilé pour voyager librement parmi les alliés du Péloponnèse, considérant la guerre du point de vue des deux côtés et effectuant d'importantes recherches pour son histoire.

Ce fut aussi mon destin d'être un exilé de mon pays pendant vingt ans après mon commandement à Amphipolis; et étant présent avec les deux parties, et plus particulièrement avec les Péloponnéens en raison de mon exil, j'ai eu le loisir d'observer les affaires de plus près.8

Les preuves restantes de la vie de Thucydide proviennent de sources anciennes plus récentes et moins fiables. Selon Pausanias, une personne nommée Oenobius a pu faire adopter une loi autorisant Thucydide à retourner à Athènes, probablement peu de temps après la capitulation d'Athènes et la fin de la guerre en 404 avant notre ère.9 Pausanias poursuit en disant que Thucydide a été assassiné sur le chemin du retour à Athènes. Beaucoup doutent de ce récit, voyant des preuves suggérant qu'il a vécu aussi tard que 397 avant notre ère. Plutarque prétend que ses restes ont été restitués à Athènes et placés dans le coffre-fort familial de Cimon.10

La fin brutale de son récit, qui s'interrompt au milieu de l'année 411 avant notre ère, a traditionnellement été interprétée comme indiquant qu'il est décédé en écrivant le livre, bien que d'autres explications aient été avancées.

Pensée et travaux

Histoire de la guerre du Péloponnèse

L'héritage de Thucydide en tant qu'historien est contenu dans son unique œuvre connue, Histoire de la guerre du Péloponnèse. (Un titre plus précis, reflétant la première phrase de l'ouvrage, serait "La guerre entre les Péloponéens et les Athéniens.") L'œuvre retrace en détail l'histoire de la guerre de vingt-sept ans entre Athènes et ses alliés et Sparte et ses alliés, qui s'est interrompue vers la fin de la vingt et unième année.

Thucydide est généralement considéré comme l'un des premiers vrais historiens. Contrairement à son prédécesseur Hérodote (souvent appelé "le père de l'histoire"), qui a inclus des rumeurs et des références aux mythes et aux dieux dans son écriture, Thucydide considérait l'histoire comme causée par les choix et les actions des êtres humains.

L'une des principales innovations de Thucydide a été l'utilisation d'une norme de chronologie stricte, enregistrant les événements par année, chaque année consistant en la campagne estivale et une saison d'hiver moins active. En conséquence, des événements qui s'étalent sur plusieurs années sont divisés et décrits dans des parties du livre parfois assez éloignées les unes des autres, donnant l'impression qu'il oscille entre les différents théâtres de conflit. Cette méthode contraste fortement avec les travaux antérieurs d'Hérodote Les histoires, qui se déplace chronologiquement et s'égare fréquemment en comptes de zones et de périodes apparemment sans rapport.

En dépit d'être un Athénien et un participant au conflit, Thucydide a essayé de présenter un compte rendu généralement impartial du conflit et de toutes les parties impliquées. Dans son introduction, il déclare: "Mon travail n'est pas un écrit destiné à satisfaire le goût d'un public immédiat, mais a été fait pour durer éternellement " (1.22.4). Ses biais inconscients sont évidents; par exemple, d'un point de vue moderne, il semble sous-estimer l'importance de l'intervention perse. Cependant, Thucydide a été le premier historien qui semble avoir tenté l'objectivité complète. À travers son examen de la causalité historique, il a créé la première approche scientifique de l'histoire.

Utilisation des discours

Une différence majeure par rapport à l'écriture historique moderne est que l'histoire de Thucydide utilise des dizaines de discours attribués aux principales figures engagées dans la guerre, afin d'expliquer leurs motivations et leurs ambitions. Il s'agit notamment des discours prononcés aux troupes par leurs généraux avant les batailles et de nombreux discours politiques, tant par les dirigeants athéniens que spartiates, ainsi que des débats entre les différents partis. Thucydide a sans aucun doute entendu certains de ces discours lui-même et s'est appuyé pour d'autres sur des témoignages oculaires. Certains discours sont probablement fabriqués selon ses attentes, comme il le dit, "ce qui était demandé dans chaque situation" (1.22.2).11 Un exemple est le discours funèbre de Pericles, trouvé dans Livre deux, qui comprend une défense morale passionnée de la démocratie, un honneur aux morts:

La terre entière est le sépulcre d'hommes célèbres; ils sont honorés non seulement par des colonnes et des inscriptions dans leur propre pays, mais dans des nations étrangères sur des monuments commémoratifs gravés non pas sur la pierre mais dans le cœur et l'esprit des hommes.

Bien qu'attribué à Périclès, ce passage semble avoir été écrit par Thucydide en contraste délibéré avec le récit de la peste à Athènes qui le suit immédiatement:

Bien que beaucoup gisaient non enterrés, les oiseaux et les bêtes ne les touchaient pas ou mouraient après les avoir goûtés… . Les lieux sacrés dans lesquels ils s'étaient logés étaient pleins de cadavres de personnes qui y étaient mortes, tout comme elles étaient; car au fur et à mesure que le désastre dépassait toutes les limites, les hommes, ne sachant pas ce qu'ils allaient devenir, devinrent totalement insouciants de tout, sacré ou profane. Tous les rites funéraires avant utilisation étaient complètement bouleversés, et ils ont enterré les corps du mieux qu'ils pouvaient. Beaucoup, faute de bons appareils, par le biais de nombreux amis déjà morts, ont eu recours aux sépultures les plus éhontées: prenant parfois le départ de ceux qui avaient soulevé une pile, ils jetaient leur propre cadavre sur le bûcher de l'étranger et s'enflammaient il; parfois ils jetaient le cadavre qu'ils portaient sur le dessus d'un autre qui brûlait, et s'en allaient.

Sources

Thucydide a assidûment consulté des documents écrits et interrogé les participants aux événements qu'il enregistre, mais il ne cite presque jamais ses sources, ne cite que des récits contradictoires des événements à quelques reprises. Il semble vouloir un récit sans faille. Les chercheurs qui ont tenté de déduire ses sources ont noté qu'après son exil d'Athènes, ses récits des événements du Péloponnèse se sont multipliés, ce qui indique qu'il y avait accru l'accès aux sources. Thucydide a semblé affirmer la connaissance des pensées de certaines personnes à des moments clés de son récit, indiquant qu'il devait avoir interviewé ces personnes par la suite. Cependant, après l'expédition sicilienne, il a relaté les pensées des généraux qui sont morts au cours de la bataille et n'ont pas pu être interrogés, ce qui implique qu'il a pris la liberté de déduire les pensées et les motifs des peuples de leurs actions et de ce qu'il pensait avoir été probable Dans une telle situation.

Style

Le caractère rhétorique de son récit indique que Thucydide était au moins familier avec les enseignements des sophistes, conférenciers itinérants, qui fréquentaient Athènes et d'autres villes grecques. Il a également été suggéré que la stricte concentration de Thucydide sur la cause et l'effet, son attention minutieuse aux phénomènes observables à l'exclusion d'autres facteurs et son style de prose austère montrent les influences des méthodes et de la pensée des premiers écrivains médicaux tels que Hippocrate de Kos . Certains chercheurs ont soutenu que Thucydide avait une formation médicale.

Parfois tout au long de "L'histoire de la guerre du Péloponnèse"Thucydide affiche un sens de l'humour sardonique, comme dans sa description de la peste athénienne (Livre II), quand il remarque que certains vieux Athéniens semblaient se souvenir d'une rime qui disait qu'avec la guerre de Dorian viendrait une" grande mort ". Certains a affirmé que la rime était en fait une "grande pénurie" (limousines), et ne fut rappelé que comme "la mort" (loimos) en raison de la peste actuelle. Thucydide a alors fait remarquer que, si une autre guerre dorienne venait, cette fois accompagnée d'une grande pénurie, la rime resterait dans les mémoires comme «pénurie» et toute mention de «mort» oubliée.

Thucydide admirait Périclès et approuvait son pouvoir sur le peuple, bien qu'il détestait les démagogues harceleurs qui le suivaient. Thucydide n'approuve pas la démocratie radicale introduite par Périclès, mais pense qu'elle est acceptable entre les mains d'un bon leader.

Bien que Thucydide ait parfois été dénaturé comme un chroniqueur froid des événements, de fortes passions se manifestent parfois dans ses écrits, par exemple dans ses évaluations cinglantes de démagogues tels que Cléon et Hyperbole. Thucydide était clairement ému par les souffrances inhérentes à la guerre et préoccupé par les excès auxquels la nature humaine est susceptible de recourir dans de telles circonstances. Par exemple, dans son analyse des atrocités commises pendant le conflit civil à Corcyre dans le livre 3, chapitres 82-83, il inclut la phrase mémorable "La guerre est un enseignant violent."

Objet de la Histoire

La division de L'histoire de la guerre du Péloponnèse en huit livres n'était probablement pas l'intention originale de Thucydide, mais a été accomplie par des éditeurs anciens plus tard. Le compte s'arrête brusquement lors des événements de l'automne de 411 avant notre ère, plus de six ans et demi avant la fin de la guerre. Le premier livre du Histoire, après une brève revue de l'histoire grecque ancienne et quelques commentaires historiographiques programmatiques, cherche à expliquer pourquoi la guerre du Péloponnèse a éclaté quand elle l'a fait et quelles en étaient les causes. À l'exception de quelques courtes digressions (notamment 6,54-58 sur les Tyrant Slayers), le reste de la Histoire (livres 2 à 8) maintient rigoureusement son attention sur la guerre du Péloponnèse à l'exclusion d'autres sujets.

Tandis que le Histoire se concentre sur les aspects militaires de la guerre du Péloponnèse, il utilise ces événements comme un moyen de suggérer plusieurs autres thèmes étroitement liés à la guerre. Plusieurs passages discutent des effets socialement et culturellement dégénératifs de la guerre sur l'humanité. le Histoire est particulièrement préoccupé par l'anarchie et les atrocités commises les uns contre les autres par des citoyens grecs au nom d'une partie ou d'une autre pendant la guerre. Certains événements décrits dans le Histoire, comme le dialogue Melian12, décrivent les premiers exemples de politique de pouvoir. le Histoire est préoccupé par l'interaction de la justice et du pouvoir dans la prise de décision politique et militaire. La présentation de Thucydide est résolument ambivalente sur ce thème. Alors que l'Histoire semble suggérer que les considérations de justice sont artificielles et nécessairement capitulent devant le pouvoir, elle montre aussi parfois un degré important d'empathie avec ceux qui souffrent des exigences de la guerre.

Études de caractère

En plus d'examiner les causes politiques de la guerre, Thucydide s'intéresse au conflit entre les caractères nationaux des Athéniens actifs, révolutionnaires et innovants et les Péloponnéens plus lents et plus prudents. Il a décrit les Spartiates comme «pas excités par le succès ni désespérés par le malheur», mais tranquillement confiants. Il a également apprécié l'importance de la personnalité de divers dirigeants. À travers leurs paroles et leurs actes, il a dépeint les personnages des hommes qui ont influencé les événements, comme Cléon, le démagogue dur d'Athènes; Hermocrate, le chef modéré potentiel de Syracuse; le brave Nicostratus; et l'incompétent Alcidas. Il s'est concentré en particulier sur les personnages et l'influence politique de quatre hommes actifs: Thémistocle (présenté dans une digression en tant que héros athénien de la Seconde Guerre perse), Périclès, Brasidas et Alcibiade. Il admirait particulièrement Périclès d'Athènes, qui combinait une imagination et un intellect audacieux avec prudence, modération et stabilité. Chacun de ces quatre hommes a fait face à l'opposition d'une faction conservatrice dans son propre pays. Thucydide n'a pas vécu pour écrire sur la fin de la guerre du Péloponnèse, qui a vu les Spartiates solides et stables triompher des Athéniens volatils et intellectuellement brillants.

Étude des aspects techniques de la guerre

Thucydide s'intéresse vivement aux aspects techniques de la guerre. La guerre du Péloponnèse était un conflit entre la puissante force terrestre de Sparte et ses alliés et la puissante force navale d'Athènes. L'un des plus grands défis était la protection des approvisionnements alimentaires lors des batailles terrestres. Thucydide a étudié les détails de la guerre de siège; les défis auxquels est confrontée une armée une armée essayant de forcer un débarquement de navires contre des troupes à terre; et les difficultés des combats lourdement armés en montagne et de la lutte contre les barbares féroces mais désorganisés du nord. Il décrit la grande bataille de nuit à Syracuse; l'habileté des marins athéniens et la façon dont leurs manœuvres audacieuses ont été surmontées par les Syracusains; et la reprise inattendue de la flotte athénienne après la catastrophe sicilienne. L'introduction de Thucydide sur les débuts de l'histoire de la Grèce met l'accent sur le développement du commerce maritime et de la puissance navale et l'accumulation de ressources par les deux parties, ouvrant la voie à la grande guerre entre les deux puissances.

Influence

Thucydide Histoire a eu une influence sur l'historiographie ancienne et moderne. Il a été accueilli avec enthousiasme par les contemporains de l'auteur et ses successeurs immédiats; de nombreux auteurs ont cherché à compléter l'histoire inachevée. Trois historiens, Cratippus (un jeune contemporain), Xenophon (qui a vécu une génération plus tard) et Theopompus (qui a vécu dans le dernier tiers du IVe siècle), ont tous commencé leur histoire de la Grèce où Thucydide s'était arrêté. Xénophon Hellenica commence au moment exact où Thucydide Histoire laisse. Dans la plus haute antiquité, la réputation de Thucydide a quelque peu souffert, des critiques tels que Denys d'Halicarnasse rejetant la Histoire comme turgescente et excessivement austère. Lucian de Samosata le parodie également (entre autres) dans sa satire Les vraies histoires.

L'opinion selon laquelle les gens se soucient davantage de leurs propres intérêts étroits que de la cause de la justice a eu plus tard une influence sur les idées de Thomas Hobbes, qui a publié une traduction de Histoire en 1628. Le style des débats et des discours a eu un effet durable sur l'étude de la rhétorique.

Interprétation

Thucydide Histoire est extraordinairement dense et complexe, entraînant un débat scientifique considérable sur son interprétation. Il est pratiquement certain que Thucydide est décédé alors qu’il travaillait Histoire, car il se termine au milieu de la peine et se termine en 410 avant notre ère, laissant six ans de guerre à découvert. Il n'est pas certain qu'il ait l'intention de réviser les sections qu'il avait déjà écrites. Quelques contradictions apparentes entre certains passages de la Histoire ont été expliqués par la proposition selon laquelle ils ont été rédigés à des moments différents et que l'opinion de Thucydide sur la question en conflit a changé. Ceux qui soutiennent que le Histoire peuvent être divisés en différents niveaux de composition sont généralement appelés «analystes» et ceux qui soutiennent que les passages doivent être faits pour se réconcilier les uns avec les autres sont appelés «unitaires». Ce conflit est appelé le débat "strates de composition".

Critiques des savants modernes

L'érudit classique Jacqueline de Romilly a souligné pour la première fois, juste après la Seconde Guerre mondiale, que l'un des thèmes centraux de Thucydide était l'éthique de l'impérialisme athénien. Elle a analysé son Histoire dans le contexte de la pensée grecque sur le thème de la politique internationale. Depuis son étude fondamentale, de nombreux chercheurs ont étudié le thème de la politique du pouvoir, la realpolitik, dans l'histoire de Thucydide.

D'autres auteurs, dont Richard Ned Lebow, rejettent la perception commune de Thucydide en tant qu'historien de la vraie politique nue. Ils soutiennent que le Histoire a été écrit comme un avertissement aux dirigeants politiques et une exposition de la décadence morale d'Athènes, qui avait cessé d'être la ville brillante sur la colline décrite par Périclès dans le Oraison funèbre et était devenu un tyran fou de pouvoir sur d'autres villes.

Leo Strauss, dans son étude classique La ville et l'homme, 13 a fait valoir que Thucydide avait une compréhension profondément ambivalente de la démocratie athénienne: d'une part, "sa sagesse a été rendue possible" par la démocratie péricléenne, qui lui a permis de s'interroger et d'exprimer ses opinions; mais cette même liberté a permis une ambition politique sans restriction et donc l'impérialisme, et a finalement conduit à des conflits civiques. Des érudits plus conventionnels le considèrent comme reconnaissant et enseignant que les démocraties ont besoin d'un bon leadership et dépeignant les dangers de la démocratie sous un mauvais leadership.14

Citations

  • "Mais, les plus courageux sont sûrement ceux qui ont la vision la plus claire de ce qui est devant eux, la gloire et le danger, et malgré cela, sortez à sa rencontre. "(Thucydide 2.40.3)
  • "Les forts font ce qu'ils peuvent et les faibles souffrent ce qu'ils doivent. "(Thucydide 5.89)
  • "C'est une règle générale de la nature humaine que les gens méprisent ceux qui les traitent bien et admirent ceux qui ne font aucune concession. "(Thucydide 3.39.5)
  • "La guerre enlève l'approvisionnement facile des besoins quotidiens, et se révèle ainsi un maître rude, qui amène la plupart des personnages masculins au niveau de leur fortune"(Thucydide 3.82.2)

Remarques

  1. ↑ Thucy_4.104.4 1 Perseus, Tufts University. Récupéré le 23 juin 2008.
  2. ↑ Hérode_6.39.1 2.Persée. Université Tufts. Récupéré le 23 juin 2008.
  3. ↑ Thuc_3.87.1-3
  4. ↑ Thuc_2.48.1-3
  5. ↑ Thuc_4.104.1
  6. ↑ Thuc_4.105.1-106.3
  7. ↑ Thuc_4.108.1-7
  8. ↑ Thuc_5.26.5
  9. ↑ Paus_1.23.9
  10. ↑ Plut_Cim_4.1
  11. ↑ Donald Kagan, «Les discours de Thucydide et le débat sur Mytilène» Études classiques de Yale (1975) 24:71-94.
  12. ^ "Le Dialogue Melian" (Livre 5, Chapitre 17). Traduit par Richard Crawley. 3.Internet Classics. Récupéré le 15 juillet 2008.
  13. ↑ Leo Strauss. La ville et l'homme. (University of Chicago Press, 1978. ISBN 0226777014), 230-231
  14. ↑ Bruce Russert. Saisir la paix démocratique. (Princeton University Press, 1993), 45

Les références

Histoire de la guerre du Péloponnèse : Traductions

  • Thomas Hobbes, 1628: texte intégral.libertyfund.org. Récupéré le 23 juin 2008.
  • William Smith, 1753
  • Richard Crawley, 1874: texte intégralProjet Gutenberg. Récupéré le 23 juin 2008.
  • Benjamin Jowett, 1881: texte intégral.Classicpersuasion.org. Récupéré le 23 juin 2008.
  • Edgar C. Marchant, 1900
  • Charles Forster Smith, 1919
  • Rex Warner, 1954
  • John H. Finley, Jr., 1963

Sources primaires

  • Hérodote; Godley, A. D. (traducteur), Les histoires d'Hérodote. Cambridge, MA: Harvard University Press, 1920. ISBN 0674991338.
  • Pausanias. Description de la Grèce, livres I-II, (Bibliothèque classique de Loeb) traduit par W. H. S. Jones; Cambridge, MA: Harvard University Press; Londres, William Heinemann Ltd., 1918. ISBN 0674991044..
  • Plutarque, Vies parallèles, Bernadotte Perrin (traductrice), Cambridge, MA: Harvard University Press. Londres. William Heinemann Ltd., 1914. ISBN 0674990536.
  • Thucydide. La guerre du Péloponnèse. Londres: J. M. Dent; New York: E. P. Dutton, 1910..

Sources secondaires

  • Connor, W. Robert. Thucydide. Princeton: Princeton University Press, 1984. ISBN 0691035695.
  • Hanson, Victor Davis. Une guerre pas comme les autres: comment les Athéniens et les Spartiates ont mené la guerre du Péloponnèse. New York: Random House, 2005. ISBN 1400060958.
  • Hornblower, Simon. Un commentaire sur Thucydide. 2 vols. Oxford: Clarendon, 1991-1996. ISBN 0198150997 (vol. 1), ISBN 0199276250 (vol. 2).
  • Hornblower, Simon. Thucydide. Londres: Duckworth, 1987. ISBN 0715621564.
  • Luce, T.J. Les historiens grecs. Londres: Routledge, 1997. ISBN 0415105935.
  • Orwin, Clifford. L'humanité de Thucydide. Princeton: Princeton University Press, 1994.
  • de Romilly, Jacqueline. Thucydide et l'impérialisme athénien. Oxford: Basil Blackwell, 1963. ISBN 0881430722.
  • Rood, Tim. Thucydide: Récit et explication. Oxford: Oxford University Press, 1998. ISBN 0199275858.
  • Russett, Bruce. Saisir la paix démocratique. Princeton University Press, 1993. ISBN 0691033463
  • Strassler, Robert B., éd. The Landmark Thucydides: A Comprehensive Guide to the Peloponnesian War. New York: Free Press, 1996. ISBN 0684828154.
  • Strauss, Leo. La ville et l'homme. Chicago: University of Chicago Press, 1964 1978. ISBN 0226777014

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 7 décembre 2015.

  • Projet Gutenberg, L'histoire de la guerre du Péloponnèse
  • Brève bibliographie sur Thucydides Lowell Edmunds, Université Rutgers

Voir la vidéo: THUCYDIDE vers 460-397 av. . ou l'histoire la plus vraie Une vie, une œuvre 1997 (Août 2020).

Pin
Send
Share
Send