Je veux tout savoir

Afanasy Fet

Pin
Send
Share
Send


Afanasy Afanasievich Fet (Афанасий Афанасьевич Фет, 5 décembre 1820 -3 décembre 1892), ou Foeth, a changé son nom par la suite Shenshin (Шеншин), était un poète qui a dominé la poésie russe au cours du dernier quart du XIXe siècle. La vie de Fet était tout sauf poétique - ses vues étaient contraires à son époque. Il était un conservateur à une époque révolutionnaire où les serfs étaient présents et les groupes anarchistes, populistes et marxistes - comme Narodnaya Volya et Land and Liberty - en étaient un. Cependant, en tant que poète, il était en avance sur son temps, adoptant la vision de «l'art pour l'art» qui caractériserait les symbolistes russes qui le suivraient.

La biographie

Afanasy était l'enfant d'une femme allemande nommée Charlotta qui était initialement mariée à Johann Foeth. Elle s'est remariée avec un riche propriétaire russe nommé Shenshin en 1822 après la naissance d'Afanasy en 1820. On ne sait pas si Afanasy était le fils de Foeth ou de Shenshin, mais la décision a été prise par le Saint Consistoire d'Orel qu'il irait par le nom de son père allemand parce que le mariage entre sa mère et son père russe n'a pas été légitimé assez tôt. C'était assez traumatisant pour lui car il s'identifiait complètement avec Shenshin et non Foeth. Il a passé sa jeunesse à étudier à l'Université de Moscou et à servir dans l'armée jusqu'à sa démission en 1856. En 1857, il épousa la sœur du critique littéraire Vasily Botkin. Elle lui a fourni les moyens qui lui avaient été refusés dans sa famille et il est devenu un propriétaire terrien prospère.

La stigmatisation de l'illégitimité l'a hanté toute sa vie et, après des années de litige, il a obtenu le droit d'utiliser le nom plus prestigieux Shenshin (1876). La promotion dans les rangs de l'armée l'a aidé à garantir l'admission tant attendue à la noblesse russe, juste au moment où le servage a été aboli.

Politique et philosophie

Fet était méprisé et ridiculisé par l'intelligentsia radicale russe comme une personnalité moyenne des opinions politiques réactionnaires, mais cela avait peu d'impact sur son travail. Fet croyait que la poésie ne devrait être écrite que pour la poésie, de sorte que le style de vie du poète devrait avoir peu d'incidence sur son art. Dans l'armée, il s'est lié d'amitié avec un autre officier, Léon Tolstoï, qu'il a toujours admiré. Plus tard, il s'est installé au manoir Stepanovka dans son quartier d'origine de Mtsensk et a rendu visite à son illustre voisin aussi souvent que possible. Parmi les amis de Tolstoï, il était le seul homme de lettres professionnel.

Après être devenu propriétaire terrien, il a écrit en faveur des droits des gentilshommes. Il a écrit peu de poésie à cette époque dans les années 1860 et 1870. Dans ses dernières années, il a également écrit des réminiscences littéraires et traduit le Énéide de Virgile ainsi que de Schopenhauer Le monde comme volonté et représentation. À un âge avancé, lorsque ses souffrances sont devenues insupportables, Fet a tenté de suivre les conseils de Schopenhauer et de se suicider mais a été contrecarré par sa famille. Il est décédé d'une crise cardiaque lors d'une autre tentative de suicide.

Poésie

Lorsque Fet a publié sa poésie pour la première fois en 1842, il était assez timide pour ne pas faire confiance à son propre goût artistique. Il soumit donc son vers à l'examen du célèbre romancier réaliste et poète sous-estimé Ivan Tourgueniev, qu'il respectait comme arbitre des goûts littéraires. Cette tradition s'est poursuivie pendant de nombreuses années, jusqu'à ce que Fet se rende compte que Turgenev avait expurgé de son vers les éléments les plus personnels et originaux de sa vision artistique.

Certaines de ses meilleures poésies ont été écrites plus tard au cours de sa vie, dans les années 1880. En particulier, au cours de sa vieillesse, il a écrit de la poésie d'amour, réfléchissant notamment à l'amour perdu. Les sujets de la poésie de Fet sont loin d'être originaux. En plus de l'amour non partagé, il aborde des thèmes comme la nature de la Russie centrale, la perfection d'une statue grecque et la majesté de Dieu. Mais il les a traités d'une manière impressionniste, essayant toujours d'attraper un moment de changement volatil. Il pouvait écrire un poème composé uniquement de noms et d'adjectifs, comme il l'a fait dans «Chuchotement, respiration timide» (1850) - un favori de Dostoïevski et pourtant faire une impression de dynamisme agité.

Héritage

Ses dernières pièces, sans doute influencées par Baudelaire, sont complexes et obscures - les images sont destinées à évoquer (plutôt qu'à enregistrer) des associations subtiles de souvenirs à moitié oubliés. Il a dit une fois que la chose la plus importante dans la poésie est un fil qui lierait toutes les associations de randonnée en un court poème étroitement structuré.

Fet n'a jamais été un poète populaire de son vivant. Mais il a eu une profonde influence sur les symbolistes russes, en particulier Innokenty Annensky et Alexander Blok. Sa réputation a grandi grâce au succès du mouvement symboliste et il est maintenant fermement établi parmi les grands russes de tous les temps.

Échantillon

Un échantillon du poème de Fet, avec des rimes abandonnéesQuand tu lisais ces lignes tourmentées
Dans lequel la flamme résonnante du cœur envoie des courants lumineux
Et les torrents fatals de la passion surgissent, -Vous ne vous rappelez pas une seule chose?Je ne peux pas y croire! Cette nuit-là dans la steppe
Quand, dans la brume de minuit, une aube prématurée,
Transparent, charmant comme un miracle,Brisé au loin devant toiEt ton oeil réticent était sur cette beauté attirée
À cette lueur majestueuse au-delà du royaume des ténèbres, -
Comment se fait-il que rien ne t'ait chuchoté alors:Un homme a péri dans ce feu!15 février 1887

Les références

  • Gustafson, Richard F. L'imagination du printemps: la poésie d'Afanasy Fet. Yale University Press, 1966.
  • Lotman, Lydia M. (Traduit par Margaret Wettlin). Afanasy Fet. Twayne Publishers, 1976. ISBN 0805723099
  • Terras, Victor. Une histoire de la littérature russe, Yale University Press, 1991. ISBN 0-300-05934-5

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 23 novembre 2019.

Pin
Send
Share
Send