Je veux tout savoir

Sermon sur la montagne

Pin
Send
Share
Send


Récit d'introduction (Matthieu 5: 1-2) -Une grande foule se rassemble en raison de la guérison des malades par Jésus, alors il gravit une montagne et parle à ses disciples.

Les Béatitudes (Matthieu 5: 3-12) -Une série de huit (ou neuf) bénédictions décrivant le caractère des gens du royaume, tels que la douceur, la pureté de cœur, l'humilité, le fait d'être un artisan de paix et l'expérience de la persécution.

Métaphores du sel et de la lumière (Matthieu 5: 13-16) - Ceci conclut l'image du peuple de Dieu dessiné dans les Béatitudes, les appelant le «sel de la terre» et la «lumière du monde». Il comprend un avertissement sévère à ceux qui disciples qui ont foi pour manifester ces caractéristiques.

Exposé de la loi (Matthieu 5: 17-48) -Jésus déclare son attachement à la loi mosaïque "jusqu'à ce que le ciel et la terre disparaissent". Ses disciples doivent respecter les commandements plus soigneusement que les pharisiens et doivent même aller au-delà des exigences de certains commandements clés: non seulement «ne tuez pas», mais ne vous fâchez pas; non seulement «ne commettez pas d'adultère», mais ne regardez même pas une femme avec convoitise; non seulement «aime ton prochain», mais «aime ton ennemi», etc. Au total, les disciples doivent «être parfaits comme votre Père céleste est parfait».

Discours sur l'ostentation (Matthieu 6) -Jésus critique le jeûne, l'aumône et la prière quand ils ne sont faits que pour le spectacle, et non par le cœur. Dans le contexte de sa critique de la prière hypocrite, Jésus fournit son célèbre exemple de prière correcte, connu sous le nom de prière du Seigneur. Le discours continue d'exhorter les disciples à ne pas s'inquiéter des besoins matériels, mais à rechercher d'abord le royaume de Dieu et à stocker leurs «trésors dans le ciel».

Discours sur la sainteté (Matthieu 7: 1-29) -Jésus condamne ceux qui jugent les autres avant de se perfectionner, encourageant ses disciples à "chercher et frapper", car le chemin, bien qu'étroit, leur sera ouvert. Il met en garde contre les faux prophètes, car «l'arbre» ​​est connu par son «fruit». Il conclut en exhortant ses disciples à être non seulement des "auditeurs" mais des "praticiens" de ses enseignements, car de simples "auditeurs" s'appuient sur des fondations changeantes tandis que des "pratiquants" reposent sur une roche solide.

Interprétation

Le Sermon sur la montagne est l'une des œuvres les plus débattues de toute la littérature, sans parler de la Bible elle-même. L'un des points clés du débat concerne sa relation avec le judaïsme traditionnel. Beaucoup de chrétiens croient que Jésus a présenté une "nouvelle loi" dans le sermon sur la montagne, pour remplacer "l'ancienne loi" de Moïse. La référence à monter une montagne avant la prédication est considérée par beaucoup comme une référence délibérée à Moïse sur le mont Sinaï, correspondant à un thème cohérent dans l'Évangile de Matthieu pour présenter Jésus comme un nouveau Moïse.

Les érudits contemporains ont tendance à admettre que Matthieu présente Jésus comme un nouveau Moïse, mais ont remis en question le point de vue chrétien traditionnel selon lequel Jésus, en fait, a aboli la loi de "l'Ancien Testament" lorsqu'il a initié une "Nouvelle Alliance". Dans cette optique, Matthieu a écrit pour un public juif-chrétien qui se considérait en effet comme étant dans une relation conflictuelle avec le judaïsme traditionnel, mais tenait également strictement à la plupart de la loi mosaïque. Ainsi, Jésus était assez sérieux lorsqu'il a déclaré:

Jésus enseigne à ses disciples.

Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; Je ne suis pas venu pour les abolir mais pour les accomplir. Je vous dis la vérité, jusqu'à ce que le ciel et la terre disparaissent, pas la moindre lettre, pas le moindre coup de plume, ne disparaîtra en aucune façon de la Loi jusqu'à ce que tout soit accompli. Quiconque enfreint l'un des moindres de ces commandements et enseigne aux autres à faire de même sera appelé le moins dans le royaume des cieux, mais quiconque pratique et enseigne ces commandements sera appelé grand dans le royaume des cieux. Car je vous dis que si votre justice ne dépasse pas celle des pharisiens et des docteurs de la loi, vous n'entrerez certainement pas dans le royaume des cieux (5: 17-20).

Un autre débat clé sur le sermon est de savoir comment il devait être appliqué à la vie quotidienne. Presque tous les groupes chrétiens ont développé des moyens non littéraux d'interpréter et d'appliquer le sermon. Le chercheur biblique Harvey K. McArthur (1978) énumère 12 écoles de pensée de base sur ces questions:

  1. le Vue absolutiste prenez le sermon comme disant précisément ce qu'il dit sur des choses telles que la perfection morale et la persécution. Si obéir aux Écritures coûte le bien-être du croyant, alors c'est un sacrifice raisonnable pour le salut.
  2. D'autres ont traité la question en Modification du texte du sermon. Dans les temps anciens, cela prenait la forme de scribes modifiant réellement le texte du Sermon pour le rendre plus agréable au goût. Ainsi, certains copistes primitifs ont changé Matthieu 5:22 de "quiconque est en colère contre son frère sera en danger de jugement" en édulcoré "quiconque est en colère contre son frère sans cause sera en danger de jugement. "" Aimez vos ennemis "a été remplacé par" Priez pour vos ennemis ", et ainsi de suite. Plus courant au cours des derniers siècles est de paraphraser le sermon et, ce faisant, de le rendre beaucoup moins radical.
  3. le Vue hyperbole soutient que des parties de ce que Jésus déclare dans le sermon sont des exagérations. Matthieu 5: 29-30 - ordonnant aux croyants de se creuser les yeux et de se couper les mains si ceux-ci causent le péché - est l'exemple le plus important, mais il y a désaccord sur les sections exactes à ne pas prendre à la lettre.
  4. le Vue des principes généraux soutient que Jésus ne donnait pas d'instructions spécifiques, mais des directives générales sur la façon de se comporter.
  5. le Double Standard View divise les enseignements du sermon en préceptes généraux et conseils spécifiques. La grande masse de la population n'a qu'à se préoccuper des préceptes; les conseils ne doivent être suivis que par quelques pieux tels que le clergé et les moines.
  6. le Vue de deux royaumes, proposé par Martin Luther, divisait le monde entre les domaines religieux et laïc et soutenait que le sermon ne s'appliquait qu'au spirituel. Dans le monde temporel, les obligations envers la famille, les employeurs et le pays obligent les croyants à faire des compromis. Ainsi, un juge, par exemple, peut avoir à condamner à mort un criminel, mais intérieurement, il doit pleurer le sort du criminel.
  7. le Analogie de la vue des Écritures soutient que les préceptes les plus rigides du sermon étaient modérés par d'autres parties du Nouveau Testament. Par exemple, l'Ancien et le Nouveau Testament soutiennent que tout le monde pèche, donc le commandement d'être "parfait" ne peut pas être pris à la lettre, et même Jésus lui-même n'a pas toujours obéi au commandement de s'abstenir d'être en colère contre son frère.
  8. La notion de Attitudes pas actes soutient que, même si personne ne peut être à la hauteur du sermon sur la montagne, c'est son attitude qui importe le plus plutôt que les actes extérieurs eux-mêmes.
  9. le Vision éthique provisoire voit Jésus comme convaincu que le monde allait se terminer dans un avenir très proche. Ainsi, la survie dans le monde importait peu, car à la fin des temps, le bien-être matériel serait sans importance. Bien qu'elle soit connue plus tôt, Albert Schweitzer s'est particulièrement associé à la vulgarisation de ce point de vue.
  10. Un autre penseur allemand, Martin Dibelius, a présenté le Divine volonté inconditionnelle Voir, qui soutient que bien que l'éthique derrière le Sermon soit absolue et inflexible, l'état déchu du monde rend impossible de les respecter. Les humains sont tenus d'essayer de les respecter, mais l'échec est inévitable. Cela changera lorsque le Royaume des Cieux sera enfin réalisé.
  11. le Vue de repentance soutient que Jésus savait que les préceptes de son sermon étaient inaccessibles et qu'il était destiné à stimuler le repentir et la foi en l'Évangile, qui enseigne que nous ne sommes pas sauvés par des œuvres de justice, mais par la foi en la mort expiatoire et la résurrection de Jésus.
  12. Un autre Vue eschatologique est celle du dispensationalisme moderne, d'abord développé par les Frères de Plymouth, qui divise l'histoire humaine en une série d'âges ou de dispensations. Bien que nous vivions actuellement à une époque où les enseignements du sermon sont impossibles, dans le futur millénaire, les suivre sera une condition préalable au salut.

Comparaisons avec le sermon sur la plaine

Le sermon sur la montagne peut être comparé au sermon sur la plaine similaire mais plus succinct tel que raconté par l'évangile de Luc (6: 17-49), qui se produit à un moment similaire dans le récit de Luc, bien que Luke fournisse d'abord des détails supplémentaires sur L'œuvre de Jésus dans et autour de Nazareth. Dans la version de Luc, Jésus gravit une montagne pour prier avec ses disciples, puis descend et prononce son sermon à une grande foule dans un endroit plat. Certains érudits pensent que c'est simplement le récit de Luc du même sermon, tandis que d'autres soutiennent que Jésus a simplement donné des sermons similaires à différents endroits, comme le font de nombreux prédicateurs. D'autres encore soutiennent que les deux «sermons» représentent les deux auteurs; différentes façons de présenter un certain nombre de paroles de Jésus enregistrées dans le document Q comme si elles faisaient partie d'un seul sermon (Ehrman 2004, 101).

Le Sermon sur la plaine est généralement plus court et plus lapidaire que le Sermon sur la montagne. Une exception à cela est que dans la version de Luc, Jésus ajoute quatre "malheurs" aux bénédictions des Béatitudes, maudissant ceux qui sont riches, ceux qui sont nourris, ceux qui rient et ces disciples qui sont loués par la population en général.

Voir également

  • Évangile de Matthieu
  • Béatitudes
  • Jésus

Les références

  • Ehrman, Bart D. Le Nouveau Testament: une introduction historique aux premiers écrits chrétiens. Oxford, 2004. ISBN 0195154622.
  • Fox, Emmet. Le sermon sur la montagne: la clé du succès dans la vie et la prière du Seigneur: une interprétation. 1989. ISBN 0060628626.
  • Kissinger, Warren S. Le sermon sur la montagne: une histoire d'interprétation et de bibliographie. Metuchen: Scarecrow Press, 1975. ISBN 9780810808430.
  • Kodjak, Andrej. Une analyse structurelle du sermon sur la montagne. New York: M. de Gruyter, 1987. ISBN 9780899251592.
  • Lapide, Pinchas. Le sermon sur la montagne, l'utopie ou le programme d'action? Traduit par Arlene Swidler. Maryknoll: Orbis Books, 1986. ISBN 9780883442487.
  • McArthur, Harvey King. Comprendre le sermon sur la montagne. Westport: Greenwood Press, 1978. ISBN 9780313205699.
  • Prabhavananda, Swami. Sermon sur la montagne selon Vedanta. 1991. ISBN 0874810507.

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 2 novembre 2019.

  • Texte du sermon (New American Bible)
  • Texte du sermon (version King James)
  • Texte du sermon (nouvelle version internationale)
  • Augustin: Sur le sermon sur la montagne

Voir la vidéo: Chapitre 5 : Le sermon sur la montagne : Les béatitudes - L'évangile selon Matthieu (Juillet 2020).

Pin
Send
Share
Send