Je veux tout savoir

Malédiction du jambon

Pin
Send
Share
Send


L'ivresse de Noé par Giovanni Bellini, représentant Ham (au centre) se moquant de son père, tandis que Shem et Japheth le couvrent.

le Malédiction du jambon (également appelé malédiction de Canaan) fait référence à la malédiction que le père de Ham, Noah, a placée sur le plus jeune fils de Ham, Canaan, après que Ham "a vu la nudité de son père" à cause de l'ivresse dans la tente de Noah. Il est relaté dans le livre de Genèse 9: 20-27.

La "malédiction de Ham" a été utilisée par certains membres des religions abrahamiques pour justifier le racisme et l'asservissement de personnes d'ascendance africaine, qui seraient des descendants de Ham. Ils étaient souvent appelés Hamites et seraient descendus par Canaan ou ses frères aînés. Cette théorie raciste a été largement répandue du XVIIIe au XXe siècle, mais elle a été largement abandonnée depuis le milieu du XXe siècle, même par les théologiens les plus conservateurs.

Contexte biblique

Le saviez-vous? Dans l'histoire de la Genèse, Ham n'est pas maudit directement mais plutôt son plus jeune fils, Canaan

L'histoire de la «malédiction de Ham» vient de Genèse 9: 20-27, qui décrit la famille de Noé après le déluge:

20 Et Noé commença à être vigneron, et il planta une vigne: 21 Et il but du vin, et s'enivra; et il a été découvert dans sa tente. 22 Et Ham, le père de Canaan, vit la nudité de son père, et dit à ses deux frères dehors. 23 Sem et Japhet prirent un vêtement, le posèrent sur leurs deux épaules, et reculèrent, et couvrirent la nudité de leur père; et leurs visages étaient en arrière, et ils ne virent pas la nudité de leur père. 24 Noé se réveilla de son vin et sut ce que son fils cadet lui avait fait. 25 Et il dit: Maudit soit Canaan; il sera un serviteur de serviteurs envers ses frères. 26 Et il dit: Béni soit l'Éternel, le Dieu de Sem! et Canaan sera son serviteur. 27 Dieu agrandira Japhet, et il habitera dans les tentes de Sem; et Canaan sera son serviteur.

Ham n'est pas directement maudit pour ses actions; au lieu de cela, la malédiction tombe sur son plus jeune fils Canaan. La malédiction semble exceptionnellement sévère pour avoir simplement observé Noé sans vêtements. Une explication proposait parfois que l'expression "exposer la nudité du père" soit utilisée plusieurs fois ailleurs dans le Pentateuque comme euphémisme pour avoir des relations sexuelles avec sa mère, suggérant un crime différent comme décrit dans les passages suivants:

Si un homme a des relations sexuelles avec la femme de son père, il expose la nudité de son père (Lévitique 20:11). Vous ne devez pas révéler la nudité de votre père en ayant des rapports sexuels avec votre mère. Elle est ta mère; vous ne devez pas avoir de rapports sexuels avec elle. 8 Vous ne devez pas avoir de rapports sexuels avec la femme de votre père; elle est la nudité de votre père (Lévitique 18: 7-8).

Interprétations de la malédiction de Ham

Premières interprétations juives

La Torah n'attribue aucune caractéristique raciale ni aucun classement à Ham. Moïse a épousé un Cushite, l'un des descendants réputés de Ham, selon le Livre des Nombres, Chapitre 12. Malgré cela, un certain nombre de premiers écrivains juifs ont interprété le récit biblique de Ham de manière raciale. Le Talmud de Babylone, Sanhedrin 108b déclare: «Nos rabbins ont enseigné: Trois ont copulé dans l'arche et ils ont tous été punis: le chien, le corbeau et le jambon. dans sa peau "(Talmud Bavli, Sanhedrin 108b). La nature de la peau "frappée" de Ham est inexpliquée, mais des commentaires ultérieurs ont décrit cela comme un assombrissement de la peau. Une note ultérieure au texte déclare que la peau "frappée" faisait référence à la noirceur des descendants, et un commentaire ultérieur de rabbins dans la Bereshit Rabbah affirme que Ham lui-même est sorti de l'arche à la peau noire.1 Le Zohar déclare que le fils de Ham, Canaan, "a assombri les visages de l'humanité".2

Interprétations chrétiennes anciennes et modernes

Certains érudits bibliques voient l'histoire de la «malédiction de Ham» comme une première rationalisation hébraïque de la conquête et de l'esclavage d'Israël des Cananéens, qui étaient supposés descendre de Canaan.3

De nombreuses sources chrétiennes pré-modernes ont discuté de la malédiction de Ham en relation avec la race et l'esclavage:

Origène (ch.185-c.254):

Car les Égyptiens sont sujets à une vie dégénérée et sombrent rapidement dans tous les esclaves des vices. Regardez l'origine de la race et vous découvrirez que leur père Cham, qui avait ri de la nudité de son père, méritait un jugement de ce genre, que son fils Chanaan devait être un serviteur de ses frères, auquel cas la condition de servitude prouverait la méchanceté de sa conduite. Ce n'est donc pas sans mérite que la postérité décolorée imite l'ignorabilité de la race Non ergo immerito ignobilitatem decolor posteritas imitatur (Homélies sur Genèse 16.1).

L'œuvre chrétienne orientale, la Cave of Treasures (quatrième siècle), relie explicitement l'esclavage aux personnes à la peau sombre:

Lorsque Noé s'est réveillé ... il l'a maudit et a dit: "Maudit soit Ham et qu'il soit esclave de ses frères" ... et il est devenu esclave, lui et sa lignée, à savoir les Égyptiens, les Abyssins et les Indiens. En effet, Ham a perdu tout sentiment de honte et il est devenu noir et a été appelé sans vergogne tous les jours de sa vie, pour toujours.

Ishodad de Merv (évêque chrétien syrien de Hedhatha, IXe siècle):

Lorsque Noé a maudit Canaan, «instantanément, par la force de la malédiction… son visage et tout son corps sont devenus des ukmotha noirs. C'est la couleur noire qui a persisté dans ses descendants. »

Eutychius, patriarche alexandrin melkite (mort en 940): «Maudit soit Ham et qu'il soit le serviteur de ses frères… Lui-même et ses descendants, qui sont les Égyptiens, les Noirs, les Éthiopiens et (dit-on) les Barbari. "

Ibn al-Tayyib (érudit chrétien arabe, Bagdad, décédé en 1043): «La malédiction de Noé a affecté la postérité de Canaan qui a été tuée par Joshua, fils de Nun. Au moment de la malédiction, le corps de Canaan est devenu noir et la noirceur s'est répandue parmi eux. »4

Le savant chrétien syrien Bar Hebraeus (1226-1286) écrit:

«Et Ham, le père de Canaan, a vu la nudité de son père et l'a montrée à ses deux frères. C'est… que Canaan a été maudit et non Ham, et avec la malédiction même, il est devenu noir et la noirceur a été transmise à ses descendants…. Et il a dit: 'Maudit soit Canaan! Un serviteur de serviteurs sera pour ses frères. »»5

Selon la mystique catholique Anne Catherine Emmerich, "J'ai vu la malédiction prononcée par Noé sur Ham se diriger vers ce dernier comme un nuage noir et l'obscurcir. Sa peau a perdu sa blancheur, il est devenu plus sombre. Son péché était le péché de sacrilège, le péché de celui qui entrerait de force dans l'Arche de l'Alliance. J'ai vu une race très corrompue descendre de Ham et s'enfoncer de plus en plus dans les ténèbres. Je vois que les nations noires, idolâtres et stupides sont les descendants de Ham. Leur couleur est due, non pas aux rayons du soleil, mais à la source sombre d'où jaillirent ces races dégradées. "

Interprétations européennes pré-modernes

Au Moyen Âge, les érudits européens de la Bible ont repris l'idée du Talmud juif de voir les «fils de Ham» ou Hamites comme maudits, peut-être «noircis» par leurs péchés. Bien que les premiers arguments à cet effet aient été sporadiques, ils sont devenus de plus en plus courants pendant la traite négrière des XVIIIe et XIXe siècles.6 La justification de l'esclavage lui-même par les péchés de Ham était bien adaptée aux intérêts idéologiques de l'élite; avec l'émergence de la traite négrière, sa version racialisée justifiait l'exploitation d'une offre immédiate de main-d'œuvre africaine. Cette interprétation de l'Écriture n'a jamais été adoptée par les Églises coptes africaines.

La malédiction de Ham dans le mouvement des saints des derniers jours (Mormon)

La première indication enregistrée de l'adoption par Joseph Smith de la doctrine de la malédiction de Ham se trouve dans une référence entre parenthèses dès 1831.7

Après la mort de Joseph Smith, Brigham Young, le deuxième président de l'église, a enseigné que les personnes d'ascendance africaine étaient sous la malédiction de Ham. Young a également enseigné que le jour viendrait où la malédiction serait annulée par les pouvoirs salvifiques de Jésus-Christ.8

En outre, sur la base de son interprétation du Livre d'Abraham, Young pensait également qu'en raison de cette malédiction, les personnes modernes d'ascendance africaine étaient interdites de recevoir la prêtrise (bien qu'elles aient été autorisées à rejoindre l'Église). Les jeunes croyaient que la malédiction persistait chez les personnes ayant même un seul ancêtre noir.

Cependant, chaque président de l'Église, de Joseph Smith Jr. à Spencer W. Kimball, a déclaré que le jour viendrait où la prêtrise serait accessible à tous les hommes. En 1978, après beaucoup de prières et de jeûnes sur la question, le président Spencer W. Kimball de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a reçu une révélation qui a officiellement étendu la prêtrise à tous les hommes dignes.

La malédiction du jambon dans les enseignements israéliens hébreux noirs et nuwaubiens

Les Nuwaubians, et certaines sectes israélites hébreues noires comme Yahweh Ben Yahweh, ont inversé la tendance raciale typique de la malédiction de Ham. Dans leur enseignement, la malédiction était la lèpre, qui dans sa forme extrême blanchi les peaux des Cananéens.9 10

Interprétations islamiques

Les prophètes de l'islam sont généralement considérés par les hadiths comme ayant observé la loi islamique, avant même que l'islam n'existe; la croyance est que la volonté universelle de Dieu les a guidés de la même manière que Muhammad, et leurs habitudes n'ont tout simplement pas été acceptées par d'autres ni écrites. Comme l'islam décourage la consommation d'alcool, cela signifie que l'histoire n'aurait pas pu se produire comme décrit dans la Torah, car Noé ne serait jamais ivre. Au lieu de cela, l'histoire de la nudité de Noé est parfois expliquée comme le résultat du vent qui souffle sur sa cape. Néanmoins, l'histoire de la malédiction ne fait pas partie des écritures islamiques.

Les premiers érudits islamiques se sont demandé s'il y avait ou non une malédiction sur les descendants de Ham. Certains ont accepté qu'il y en avait, et certains ont fait valoir qu'il était visible sur la peau foncée. Selon David Goldenberg,

Tout comme dans les sources juives et chrétiennes, de même dans les sources islamiques, nous constatons que ce n'est pas Canaan qui a été maudit par l'esclavage, mais Ham au lieu ou en plus de Canaan. Ainsi, par exemple, Tabari (m. 923), citant Ibn Isaq (m. 768), Masudi (Xe siècle) et Dimashqui (XIIIe siècle). Ham apparaît comme le destinataire de la malédiction si régulièrement que le seul auteur arabe Gerhard Rotter a pu trouver qui limite spécifiquement la malédiction à Canaan est Yaqubi (d. Ca 900). Dans tous les autres, les descendants de Ham ont été réduits en esclavage.11

Goldenberg soutient que «le lien exégétique entre Ham et la servitude se retrouve couramment dans les œuvres composées au Proche-Orient, que ce soit en arabe par des musulmans ou en syraique par des chrétiens».12 Il suggère que la compilation connue sous le nom de Grotte des miracles (Abrégé des merveilles) peut être la source. Ce texte déclare que "Noé a maudit Ham, priant Dieu que les fils de Ham soient maudits et noirs et qu'ils soient soumis comme esclaves à ceux de Sem."

Cependant, Ibn Khaldun a contesté cette histoire, soulignant que la Torah ne fait aucune référence à la malédiction liée à la couleur de la peau et arguant que les différences de pigmentation humaine sont entièrement causées par le climat.13 Ahmad Baba était d'accord avec ce point de vue, rejetant toute interprétation raciale de la malédiction.

Dans le livre, Mille et une nuits, il y a un argument entre les concubines noires et blanches sur la meilleure couleur. La concubine blanche raconte l'histoire de la malédiction de Ham, disant que Ham a été noirci parce qu'il a ridiculisé son père, mais Shem a été blanchi parce qu'il a refusé de le faire. La concubine noire répond par l'argument selon lequel la blancheur est associée à la mort et à la lèpre.14

Remarques

  1. ↑ Werner Solors, Ni noir ni blanc mais les deux: explorations thématiques de la littérature interraciale (Harvard University Press, 1999), 87.
  2. ↑ Solors, 87.
  3. ↑ David M. Goldenberg, La malédiction du jambon: race et esclavage dans le judaïsme primitif, le christianisme et l'islam (juifs, chrétiens et musulmans de l'ancien au monde moderne) (Princeton University Press, 2003), 98.
  4. ↑ Joannes C.J. Sanders, Commentaire sur la Genèse, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 274-275, Scriptores Arabici 24-25 (Louvain, 1967), 1:56 (texte), 2: 52-55 (traduction).
  5. ↑ Sprengling et Graham, Scholia de Barhebraeus sur l'Ancien Testament, 40-41
  6. ↑ Benjamin Braude, «Les fils de Noé et la construction des identités ethniques et géographiques à l'époque médiévale et moderne moderne» William and Mary Quarterly LIV (Janvier 1997): 103-142.
  7. ↑ Manuscrit Histoire 19, juin 1831.
  8. ↑ Reed Simonsen, Si vous êtes prêt 243-266.
  9. ↑ Factologie, Hamites nubiennes et pâles. Récupéré le 28 mai 2008.
  10. ↑ Malachi York, Quelle race était Jésus? ASIN B0011EGGWA
  11. ↑ Goldenberg, 164.
  12. ↑ Ibid.
  13. ↑ Solors, 90.
  14. ↑ Solors, 91.

Les références

  • Braude, Benjamin. "Les Fils de Noé et la construction des identités ethniques et géographiques à l'époque médiévale et moderne." William and Mary Quarterly LIV (Janvier 1997): 103-142.
  • Evans, William McKee. "Du pays de Canaan au pays de Guinée: l'étrange odyssée des fils de Ham." Revue historique américaine 85 (février 1980): 15-43.
  • Goldenberg, David M. La malédiction du jambon: race et esclavage dans le judaïsme primitif, le christianisme et l'islam. Princeton, NJ: Princeton University Press, 2003. ISBN 069111465X.
  • Haynes, Stephen R. La malédiction de Noé: la justification biblique de l'esclavage américain. New York, NY: Oxford University Press, 2002. ISBN 0195142799.
  • Mayerson, Phillip. "Sentiment anti-noir dans le Vitae Patrum." Revue théologique de Harvard 71(1978): 304-311.
  • Solors, Werner. Ni noir ni blanc mais les deux: explorations thématiques de la littérature interraciale. Harvard University Press, 1999. ISBN 978-0674607804.
  • Sprengling, Martin et Graham, William Creighton. La Scholie de Barhebraeus sur l'Ancien Testament. University of Chicago Press, 1931.
  • Whitford, David M. La malédiction du jambon au début de l'ère moderne: la Bible et les justifications de l'esclavage. Ashgate, 2010. ISBN 978-0754666257.

Pin
Send
Share
Send